Hollande maintient l'objectif de l'inversion de la courbe du chômage fin 2013

François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel à l'Elysée, le 30 mai 2013 [Pierre Verdy / AFP] François Hollande et la chancelière allemande Angela Merkel à l'Elysée, le 30 mai 2013 [Pierre Verdy / AFP]

Le président François Hollande a maintenu, jeudi, son objectif d'inversion de la courbe du chômage fin 2013, après l'annonce d'une nouvelle progression du nombre des demandeurs d'emploi en France en avril.

"Je maintiens l'objectif, malgré ces chiffres, malgré ce qu'ils représentent sur le plan individuel, familial, pour beaucoup de Français, je maintiens l'objectif de l'inversion de la courbe du chômage avant la fin de l'année", a déclaré le chef de l'Etat, lors d'une conférence de presse commune avec la chancelière allemande Angela Merkel à l'Elysée.

"Ces chiffres viennent, hélas, confirmer une tendance. Cette tendance qui, depuis cinq ans en France, est à l'augmentation du chômage et de manière plus forte depuis deux ans. Avec une cause qui est la récession à l'échelle de l'Europe", a poursuivi François Hollande.

Le président français a cependant cité deux "raisons spécifiques à la France" expliquant le chômage élevé en France.

Ces "raisons spécifiques" sont, a-t-il dit, "le manque de solidarité envers les jeunes et les seniors" et le "défaut de compétitivité".

François Hollande a cité en particulier le Pacte de compétitivité, "que nous allons continuer autour de l'investissement", ainsi que des "dispositifs" pour la recherche, l'innovation et le soutien aux entreprises.

"Et puis, il y a l'urgence. L'urgence, c'est d'apporter et le plus vite possible des solutions aux jeunes et aux moins jeunes", a ajouté le président, en évoquant en particulier les emplois d'avenir et le contrat de génération "qui a vocation à s'amplifier au cours des prochains mois".

Vous aimerez aussi

Politique CSG : Édouard Philippe promet un geste fiscal pour 300.000 retraités
Social Un plan santé très attendu par les professionnels du secteur
Social Plan santé : environ 400 millions d'euros supplémentaires pour l'Assurance maladie en 2019

Ailleurs sur le web

Derniers articles