Ayrault lie inversion de la courbe du chômage et reprise de la croissance

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg lors de la visite d'une usine à Annonay, en Ardèche, le 31 mai 2013 [Philippe Desmazes / AFP] Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg lors de la visite d'une usine à Annonay, en Ardèche, le 31 mai 2013 [Philippe Desmazes / AFP]

Jean-Marc Ayrault a réaffirmé vendredi que la courbe du chômage pouvait s'inverser fin 2013 en "mobilisant" les outils que sont les emplois d'avenir et les contrats de génération, et "à la condition aussi bien sûr que la croissance revienne en Europe".

Le Premier ministre était interrogé par la presse en marge d'un déplacement à Annonay (Ardèche), au lendemain de l'annonce d'un nouveau record absolu du nombre de chômeurs en France (3.264.400 demandeurs d'emploi sans activité fin avril).

"Les chiffres du chômage doivent nous conduire à une plus forte mobilisation encore pour réduire le chômage dans notre pays", a-t-il dit, "ça passe par des mesures structurelles et par des mesures d'urgence. Le chômage n'est pas une fatalité".

Questionné sur l'objectif sans cesse réaffirmé par l'exécutif d'inverser la courbe du chômage à la fin de l'année, le chef du gouvernement a répondu : "c'est l'objectif et il ne faut surtout jamais se résigner. Quand on fixe un cap il faut s'y tenir, il faut montrer l'envie de mobiliser tous les acteurs".

"Le gouvernement agit, n'est pas les bras ballants devant une réalité", a insisté M. Ayrault.

Il cité la réforme structurelle du marché du travail (loi Sapin sur la sécurisation de l'emploi) et le crédit d'impôt compétitivité, "tout cela va porter ses fruits, pas immédiatement", a-t-il souligné.

Il a aussi évoqué la mise en place progressive des emplois d'avenir et des contrats de génération "qui doivent être mobilisés pour que la courbe du chômage s'inverse". Et d'enchaîner: "c'est possible à la condition aussi bien sûr que la croissance revienne en Europe".

"La bataille elle se mène à l'échelle de la France, elle se mène à l'échelle de l'Europe d'où cet accord sur l'emploi des jeunes lancé entre la France et l'Allemagne", a encore dit Jean-Marc Ayrault. Une allusion à la contribution franco-allemande sur ce thème qui sera soumise aux 25 autres pays de l'UE en juin, et dont François Hollande et Angela Merkel ont fait la promotion jeudi à Paris.

Le Premier ministre a également assuré que "le modèle français de la politique familiales serait préservé".

Lundi, "je ferai les annonces qui seront définitivement bouclées dimanche", a déclaré le chef du gouvernement devant la presse, confirmant des propos de François Hollande.

"Je puis vous dire d'ores et déjà que ce qui fait partie du modèle français de la politique familiale sera préservé, tout en réglant les problèmes d'inégalités sociales (...), de déficits qui mettent en péril le modèle français et la politique familiale et puis en mettant partout de la justice (...) Voilà l'esprit de ce que j'aurai arbitré", a-t-il dit.

Vous aimerez aussi

transition énergétique Les alternatives au fioul
carburant Les annonces du gouvernement jugées pas assez convaincantes
taxes Carburant : les mesures annoncées par le gouvernement

Ailleurs sur le web

Derniers articles