Primaire UMP à Paris: "hors de question de suspendre le scrutin"

Le siège de l'UMP, à Paris [Miguel Medina / AFP/Archives] Le siège de l'UMP, à Paris [Miguel Medina / AFP/Archives]

Le président du Conseil supérieur de la primaire UMP à Paris, Antoine Rufenacht, a affirmé vendredi à l'AFP qu'il était "hors de question de suspendre le scrutin" en cours, comme l'a demandé l'un des quatre candidats, Pierre-Yves Bournazel, qui a dénoncé un "système incontestablement défaillant".

"Il est hors de question de suspendre le scrutin, ni pour l'instant, ni plus tard. Le vote (par internet) se terminera lundi 3 juin à 19h00" comme prévu, a annoncé l'ancien maire UMP du Havre.

Peu avant, M. Bournazel avait demandé une suspension du scrutin, qui a démarré vendredi.

Pierre-Yves Bournazel, l'un des quatre candidats à la primaire UMP pour les municipales de 2014 à Paris, le 14 mai 2013 [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Pierre-Yves Bournazel, l'un des quatre candidats à la primaire UMP pour les municipales de 2014 à Paris, le 14 mai 2013
 

"Des centaines de Parisiens viennent de le constater en quelques heures, soit parce qu'ils n'ont pu s'inscrire pour voter, soit (...) parce qu'il a été possible d'inscrire plusieurs électeurs sans leur consentement", a lancé le candidat dans une déclaration lue à la presse devant l'Hôtel de Ville.

Pour M. Rufenacht, au contraire, "le fonctionnement est plutôt satisfaisant. Les gens votent, les choses se passent de manière naturelle, à part le +buzz+ que certains essaient de provoquer".

Vous aimerez aussi

Nicolas Sarkozy le 4 septembre 2016 à La Baule  [JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP]
Justice Affaire Bygmalion : l'avocat de Nicolas Sarkozy dénonce «une manoeuvre politique grossière»
Valérie Pécresse Qu'est ce que le «bouclier de sécurité» voulu par Valérie Pécresse ?
Élections régionales Régionales : Estrosi et Bertrand donnés gagnants face au FN

Ailleurs sur le web

Derniers articles