Hollande souligne "l'impérieuse nécessité" d'empêcher Téhéran d'avoir la bombe

Le président François Hollande devant le 2e Congrès des communautés juives de France, le 2 juin 2013 à Paris [Bertrand Langlois / AFP] Le président François Hollande devant le 2e Congrès des communautés juives de France, le 2 juin 2013 à Paris [Bertrand Langlois / AFP]

François Hollande a souligné dimanche "l'urgente, l'impérieuse nécessité d'empêcher l'Iran d'accéder à l'arme nucléaire", indiquant qu'il se rendrait "dans les prochains mois" au Proche-Orient.

"Ce n'est pas seulement Israël qui est menacé, c'est l'ensemble de la région qui se trouverait bouleversé par l'éventuelle accession à l'arme nucléaire de l'Iran", a souligné le président Hollande, devant le 2e Congrès des communautés juives de France.

"Ce n'est d'ailleurs pas seulement le Moyen-Orient qui verrait sa sécurité éventuellement mise en cause, c'est l'Europe qui se trouverait elle-même éventuellement visée par la détention de cette arme", a-t-il fait valoir.

Le chef de l'Etat a précisé qu'il aurait "l'occasion de s'en entretenir avec l'ensemble des responsables de la région", et notamment le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lorsqu'il se rendra au Proche-Orient "dans les mois qui viennent".

Evoquant la Syrie et le Hezbollah qui a apporté son soutien au régime de Damas, le président Hollande a rappelé que la France avait "demandé, pour la partie militaire (du Hezbollah), qu'elle figure sur la liste des organisations terroristes" de l'Union européenne.

La "délicate décision" prise par l'UE de lever son embargo sur les armes à destination de l'opposition, a-t-il enchaîné, suppose par ailleurs d'être "très attentifs, pour ne pas dire, très exigeants" sur la destination des armes qui pourraient être livrées.

Il s'agit d'être "sûr que l'opposition syrienne soit pleinement consciente aussi de ses responsabilités", a souligné François Hollande dans une allusion au risque de voir ces armes tomber aux mains de groupes islamistes radicaux.

Vous aimerez aussi

Le président des Etats-Unis Donald Trump et le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane, à la Maison Blanche le 20 mars 2018. [MANDEL NGAN / AFP/Archives]
Diplomatie Dénoncer le prince ou préserver l'alliance avec Ryad : le dilemme de Trump
Réseaux sociaux Trump attaque Macron : Twitter réagit
Diplomatie «Make France great again» : Donald Trump s'en prend à Emmanuel Macron sur Twitter

Ailleurs sur le web

Derniers articles