Mme Le Pen fait le pari du FN en 1ère place aux européennes

La présidente du Front national, Marine Le Pen, le 19 janvier 2011 au Parlement européen à Strasbourg [Georges Gobet / AFP/Archives] La présidente du Front national, Marine Le Pen, le 19 janvier 2011 au Parlement européen à Strasbourg [Georges Gobet / AFP/Archives]

La présidente du Front national, Marine Le Pen, fait le pari, dans une interview au Parisien Dimanche, que son parti parviendra à "terminer premier" aux élections européennes de 2014.

François "Hollande tente de résister (à la commission européenne, ndlr) sur la forme, parce qu'il a bien compris que l'opinion est aujourd'hui eurosceptique et qu'au rythme où vont les choses le Front national va terminer premier aux élections européennes de mai 2014", déclare la dirigeante frontiste.

Comme on lui demande si c'est son "pari", Mme Le Pen répond: "Oui, car Hollande est un président fantoche, comme l'était Sarkozy".

"Les sondages nous placent déjà à 18%, alors que nous avions 10,5% en 2010. Nous allons avoir de vraies têtes de liste dans chaque grande région, des hauts dirigeants du parti et non des personnes inconnues comme le font l'UMP et le PS", explique-t-elle.

Questionnée sur les adhésions au FN, Marine Le Pen assure que celles-ci "augmentent à un rythme ininterrompu depuis la présidentielle" et se fixe comme objectif qu'elles franchissent "la barre des 100.000 adhérents à la fin de l'année".

Par ailleurs, la présidente du parti d'extrême droite qualifie de "ridicule" les informations du Canard enchaîné selon lesquelles des militants du FN auraient été incités à s'inscrire à la primaire UMP à Paris pour faire battre Nathalie Kosciusko-Morizet.

"Nous n'avons évidemment aucun intérêt à ce que Nathalie Kosciusko-Morizet ne soit pas la candidate de l'UMP aux municipales à Paris. La bobo de gauche, pour nous, c'est l'idéal".

Vous aimerez aussi

Le gouverneur de Floride, Rick Scott, le soir de l'élection, le 6 novembre 2018 [JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP]
Etats-Unis La Floride de nouveau plongée dans un amer imbroglio électoral
L'Allemand Manfred Weber (G) et le Finlandais Alexander Stubb (D) lors d'un débat à Helsinki, Finlande, le 7 novembre 2018. [Heikki Saukkomaa / Lehtikuva/AFP]
scrutin Elections européennes : la droite européenne désigne son champion
Etats-Unis Midterms : les 10 choses à retenir

Ailleurs sur le web

Derniers articles