Hollande fait de Marseille un laboratoire d'idées

François Hollande inaugure le MuCEM, à Marseille, le 4 juin 2013 [Jean-Paul Pelissier / Pool/AFP] François Hollande inaugure le MuCEM, à Marseille, le 4 juin 2013 [Jean-Paul Pelissier / Pool/AFP]

Venu mardi à Marseille inaugurer l'un des plus grands porte-conteneurs du monde et un musée de la Méditerranée, François Hollande a fait de la cité phocéenne un laboratoire de sa politique culturelle, d'emploi et de sécurité.

Flanqué du sénateur-maire (UMP) de la ville Jean-Claude Gaudin, qui dans un lapsus, l'a confondu avec le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, le chef de l'Etat a "lancé un appel à toutes les collectivités" de la région pour qu'elles se "saisissent pleinement" du dispositif des emplois d'avenir. Ceux-ci, a-t-il concédé, n'ont pas rencontré "tout le succès attendu".

Selon le dernier bilan du ministère du Travail, 25.000 contrats de ce type seulement ont été signés jusqu'à présent. L'objectif était d'en signer 100.000 d'ici à la fin de l'année.

François Hollande souhaite que les collectivités locales de la région complètent la prise en charge à 75% des rémunérations par l'Etat afin que les salaires versés par les associations des quartiers sensibles aux jeunes sans qualification soient totalement couverts.

Marseille bénéficiera aussi d'un statut particulier. Habituellement réservés aux associations et aux collectivités, les emplois d'avenir y seront étendus au secteur privé.

Les jeunes des quartiers défavorisés de la cité phocéenne bénéficieront enfin d'"emplois francs" et pourront ainsi être embauchés par les entreprises de toute la région avec les mêmes avantages que dans les zones franches.

Face à l'insécurité qui frappe également la ville, le président Hollande a par ailleurs affiché sa fermeté. "Il n'y aura (...) aucune faiblesse, aucune indifférence, aucun relâchement. Face à la loi de la force, nous imposerons la force de la loi. Et je peux vous le dire, elle l'emportera", a-t-il lancé.

"Il y a eu l'année dernière 19 homicides, avec une chronique qui est toujours la même: 20 en 2011, 17 en 2010, 18 en 2009. Sinistre succession de drames... Eh bien ça doit s'arrêter," a-t-il souligné.

Atouts de Marseille

François Hollande admire un pan du mur de Berlin, lors de l'inauguration du MuCEM, à Marseille, le 4 juin 2013 [Jean-Paul Pelissier / Pool/AFP]
Photo
ci-dessus
François Hollande admire un pan du mur de Berlin, lors de l'inauguration du MuCEM, à Marseille, le 4 juin 2013
 

Même si les "dispositions nécessaires" ne sont pas encore "suffisantes", le gouvernement a obtenu "des résultats", s'est-il félicité, mentionnant un recul de 15% des cambriolages ou de 9% des vols à main armée.

Pour autant, François Hollande a célébré les atouts de Marseille et tout particulièrement son nouveau Musée des Civilisations de l'Europe et de la Méditerranée (MuCEM) qu'il est venu inaugurer près de cinq mois après la date initialement prévue. Fixée au 12 janvier, cette inauguration avait été reportée en raison du déclenchement des opérations militaires françaises au Mali.

Ce musée posé entre ciel et eau sur un quai du port et qui vise à réunir les deux rives de la Méditerranée est une "réussite architecturale", un "symbole" de Marseille, terre d'immigration où se rencontrent toutes les disciplines, "anthropologie, histoire de l'art, mythologie, sociologie et politique", a souligné le président Hollande.

Il avait auparavant baptisé une autre fierté marseillaise, le CMA CGM Jules Verne, plus grand porte-conteneurs au monde, un bâtiment de 400 mètres de long, troisième de cette taille mais premier à battre pavillon français.

"Il en est des bateaux comme il en est des pays. A un moment aussi, nous devons aussi affronter les vents, être sur toutes les mers, être capables de gagner la course la plus aventureuse", a déclaré le chef de l'Etat, évoquant l'économie mondiale.

"Je nomme ce navire, CMA CGM Jules Verne. Je souhaite bon vent à son équipage et à tous ceux qui navigueront à son bord", a-t-il lancé, prononçant la phrase rituelle avant de couper le ruban tricolore qui retenait une bouteille de champagne venue se fracasser sur le flanc du navire.

Le président de CMA CGM, Jacques Saadé, a rappelé l'aventure de cette entreprise qu'il avait créée en 1978, lorsqu'il était venu se réfugier en France pendant la guerre du Liban.

Aujourd'hui, CMA CGM est devenu le troisième groupe mondial de transport maritime par conteneurs et premier français. Basé à Marseille, il emploie plus de 18.000 personnes à travers le monde dont 2.400 dans la ville phocéenne où il est le premier employeur privé local.

"Nous sommes sur le même bateau", a insisté François Hollande, saluant un nouveau "fleuron" de la marine marchande française.

Vous aimerez aussi

pratique Les jours fériés, ponts et vacances en 2018
Emploi Ces entreprises qui peinent à recruter
Industrie Des salariés d'Ascoval bloquent les entrées du site de Vallourec à Aulnoye-Aymeries

Ailleurs sur le web

Derniers articles