NKM victorieuse: "très heureux", Copé appelle à partir en campagne

Jean-François Copé, président de l'UMP, le 21 mai 2013 à l'Assemblée nationale [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives] Jean-François Copé, président de l'UMP, le 21 mai 2013 à l'Assemblée nationale [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives]

Jean-François Copé, président de l'UMP, s'est dit mardi "très heureux" de la désignation de Nathalie Kosciusko-Morizet à la primaire de son parti pour la mairie de Paris et a appelé à partir en campagne.

Sur France 2, le député-maire de Meaux (Seine-et-Marne) s'est dit "très heureux de l'issue de ces primaires, très heureux que Nathalie Kosciusko-Morizet l'ait emporté".

Le score de l'ex-ministre - 58,16% - "ne fait pas débat", a-t-il relevé et "il invite surtout chacun à se retrouver, se rassembler autour de celle qui sera notre candidate pour la reconquête du coeur des Parisiens et Parisiennes".

"Il faut maintenant partir en campagne parce que le plus dur reste à faire", a ajouté M. Copé.

La droite peut-elle vraiment ravir Paris à la gauche ? "Oui je le crois, parce que Nathalie Kosciusko-Morizet est une excellente candidate, du fait de sa personnalité, de son parcours".

De plus, aux yeux de l'ex-ministre, "partout en France, y compris à Paris, de plus en plus de Français ont vraiment envie de donner un avertissement à François Hollande, à cette politique" qui "n'a plus rien à voir avec ce que l'on veut pour un grand pays lorsqu'il s'agit de se redresser dans une période de crise".

Les tensions pendant cette compétition ? "C'est l'apprentissage de la démocratie" interne, a relevé M. Copé. "C'est une longue route". "Traditionnellement, l'UMP est plutôt dans une démarche d'action, au gouvernement", alors que dans l'opposition, "c'est une autre approche".

À suivre aussi

Élections Les enjeux des élections législatives en Israël
Adrien Quatennens ne quittera pas son poste de député pour un éventuel mandat de maire
Politique Municipales à Lille : Adrien Quatennens ne sera pas candidat pour LFI
Élections Municipales 2020 : Lille, Marseille, Lyon, Bordeaux... la province aiguise aussi ses couteaux

Ailleurs sur le web

Derniers articles