Marion Maréchal-Le Pen ne se sent pas "ostracisée"

Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse, le 16 mai 2013 à l'Assemblée nationale à Paris [Fred Dufour / AFP/Archives] Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse, le 16 mai 2013 à l'Assemblée nationale à Paris [Fred Dufour / AFP/Archives]

Marion Maréchal-Le Pen, députée FN du Vaucluse depuis près d'un an, a estimé mercredi "ne pas souffrir d'un ostracisme particulier" à l'Assemblée nationale, soulignant même que son parti y "a gagné sa légitimité".

"J'ai constaté une évolution dans les comportements: dans un premier temps, nous nous étions heurtés à une politique de l'indifférence, on ne nous répondait pas", a-t-elle dit devant l'Association des journalistes parlementaires.

"Et puis au fil des semaines, nous avons gagné en crédibilité, en légitimité", a-t-elle ajouté soulignant "ne pas avoir cherché à être dans l'outrance, dans l'opposition systématique".

"Petit à petit cette attitude nous a permis de constater un échange tant avec le gouvernement qu'avec les autres députés: le FN a gagné sa légitimité au sein de l'Assemblée nationale", a-t-elle assuré, alors qu'elle siège, avec Gilbert Collard, sur les bancs des non inscrits.

Interrogée sur "des relations de sympathie" qu'elle pourrait avoir nouées avec d'autres députés, la petite fille de Jean-Marie Le Pen a répondu: "je n'ai pas souffert d'ostracisme particulier. Les députés sont plutôt courtois". Elle a même remarqué, avec quelque perfidie, que l'écologiste Noël Mamère, souvent en première ligne contre le FN, était "délicieux à (son) égard" et lui "tenait la porte".

Vous aimerez aussi

Politique Gilles Le Gendre élu président du groupe LREM à l'Assemblée nationale
Politique Richard Ferrand élu président de l'Assemblée nationale
Richard Ferrand : les défis du perchoir
Assemblée nationale Richard Ferrand : les défis du perchoir

Ailleurs sur le web

Derniers articles