Copé demande la dissolution des "groupuscules" extrêmistes violents

Le président de l'UMP Jean-François Copé, le 5 juin 2013 à Londres [Leon Neal / AFP] Le président de l'UMP Jean-François Copé, le 5 juin 2013 à Londres [Leon Neal / AFP]

Le président de l'UMP Jean-François Copé a réclamé jeudi la dissolution des groupuscules "d'extrême droite comme d'extrême gauche" dont la "seule expression est la violence", après la rixe dans laquelle Clément Méric a trouvé la mort.

"Ces groupuscules extrémistes - d'extrême gauche, comme d'extrême droite - sont un danger", a expliqué le patron de l'UMP lors d'un point de presse au siège de l'UMP. "Nous devons en tirer toutes les conséquences et je demande donc au ministre de l'Intérieur de prendre ses responsabilités. Ses groupuscules extrémistes dont la seule expression est la violence doivent être dissous", a-t-il déclaré.

À suivre aussi

L'agression s'est déroulée en pleine rue à Sury-le-Comtal (Loire), un village du Forez de 6.500 habitants.
Faits divers Loire : une femme voilée poignardée en pleine rue
Le gendarme a été blessé au cou dans l'agression, mais son pronostic vital n'est pas engagé.
Faits divers Haute-Marne : un gendarme agressé au couteau lors d'un contrôle routier
Le ras-le-bol des «tatas» après l’agression à l’arme blanche dans une école à Marseille
mobilisation Le ras-le-bol des «tatas» après l’agression à l’arme blanche dans une école à Marseille

Ailleurs sur le web

Derniers articles