PS: les militants votent sur une "réorientation" de l'Europe

Des militants socialistes vote sur un texte de la direction du parti sur l'Europe, le 6 juin 2013 à Lille [Philippe Huguen / AFP] Des militants socialistes vote sur un texte de la direction du parti sur l'Europe, le 6 juin 2013 à Lille [Philippe Huguen / AFP]

Les militants socialistes se sont prononcés jeudi soir sur un texte de la direction de leur parti sur l'Europe, très offensif contre les conservateurs et les politiques d'austérité.

Organisé en prévision d'une convention du PS le 16 juin, le scrutin sur une "réorientation" de l'Europe s'est achevé à 22H00 dans les sections du parti, a indiqué une source proche de la direction du parti.

Le scrutin s'était ouvert à 17H00.

Plusieurs responsables socialistes se sont montrés ces derniers jours prudents et évasifs sur l'ampleur de la participation. "La participation n'a jamais été importante lors des conventions", avait admis en début de semaine auprès de l'AFP Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du PS pour l'Europe.

Dans une section du Xe arrondissement de Paris, quelques militants s'exprimaient avant de déposer leur bulletin. Pascal Durrieu, se présentant comme un "militant de base" et "social-démocrate", aurait préféré un texte de la direction "plus fédéraliste".

"Un texte assez consensuel", concédait une autre militante, restant anonyme et se revendiquant aussi "social-démocrate". Pour elle, les amendements présentés par l'aile gauche sont "excessifs. L'Europe se fera plutôt par le compromis que par le conflit".

Pour le premier secrétaire de la Fédération PS de Paris, Rémi Féraud, le texte de la direction fait des socialistes français "les plus engagés au sein du PSE (qui rassemble les socialistes français et les sociaux-démocrates européens, ndlr) pour une Europe de gauche et pour une réorientation de la politique européenne". "Il faut plus de députés socialistes français au Parlement européen" en 2014, ajoutait-il, avant de se rendre à la manifestation en hommage à Clément Méric.

Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, apparemment soucieux de mobiliser ses troupes, avait appelé, dans une lettre ouverte mercredi soir, les militants à se déplacer pour voter le texte "Notre Europe" de la direction du parti.

"Je veux que notre parti soit le parti le plus européen de France, à la pointe de la confrontation avec les conservateurs contre l'austérité et l'affaiblissement de notre modèle social", soulignait Harlem Désir, reprenant la tonalité essentielle du texte "Notre Europe", résolument offensif contre les "conservateurs" européens, à moins d'un an des élections européennes.

Même si le document a été débarrassé des formules les plus incisives contre la chancelière Angela Merkel, qualifiée dans une première mouture du texte de "chancelière de l'austérité", ce qui avait suscité en avril un bel émoi à Matignon et à Berlin, il n'en reste pas moins très pugnace contre les "conservateurs", en particulier en Grande-Bretagne, et la "droite allemande".

Ces formules sont destinées à amadouer l'aile gauche du parti, très remontée contre les politiques d'"austérité" en Europe.

Les résultats du vote ne devaient pas être connus avant vendredi matin, selon un responsable du PS, espérant de premières indications sur la participation dans la nuit de jeudi à vendredi.

Vous aimerez aussi

Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise (LFI) à Liverpool, en Angleterre le 24 septembre 2018 [Paul ELLIS / AFP/Archives]
Justice Perquisitions LFI : enquête sur des violences contre les policiers, Mélenchon ne «regrette rien»
Politique Perquisitions à LFI : Philippe se dit «choqué» par la «violence» envers les policiers
Le président de la République Emmanuel Macron (C) préside le conseil des ministres, le 17 octobre 2018 à Paris [Francois Mori / POOL/AFP]
Politique Macron met la pression sur le gouvernement remanié

Ailleurs sur le web

Derniers articles