Municipales Paris : NKM favorable à une élection au suffrage universel direct

La candidate UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, le 3 juin 2013 à Paris [Thomas Samson / AFP/Archives] La candidate UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, le 3 juin 2013 à Paris [Thomas Samson / AFP/Archives]

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris, est favorable à l'élection du maire de Paris au suffrage universel direct, dans un entretien publié samedi par Le Parisien/Aujourd'hui en France.

"Je propose un scrutin enfin clair, direct, démocratique. Moi, je demande de la justice pour les Parisiens", répond NKM à une question sur son soutien à la proposition de loi de Bernard Debré pour soumettre l'élection du maire de Paris au suffrage universel direct.

"Cela permettra, notamment, d'éviter de se retrouver avec un maire qui peut être désigné par des maires d'arrondissements, sans être majoritaire en voix sur l'ensemble de Paris", explique la candidate qui reproche "à la gauche de tripatouiller la loi électorale en modifiant à son avantage, le nombre de conseillers de Paris."

Nathalie Kosciusko-Morizet a été désignée lundi candidate de l'UMP à la mairie de Paris, au terme d'une primaire ouverte au déroulement chaotique, mais dont elle est ressortie largement victorieuse pour affronter Anne Hidalgo (PS) en 2014.

"En me choisissant dans la primaire, les Parisiens me donnent la liberté indispensable pour les rassembler. C'est à eux désormais que je dois des comptes", affirme l'ancienne ministre de l'Ecologie du gouvernement de François Fillon.

Concernant le choix de son arrondissement, NKM annonce qu'elle se prononcera "avant le 14 juillet", quant aux têtes de lite "ce sera à l'automne."

Enfin, au sujet l'avenir de l'UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet "ne croit pas à l'implosion de l'UMP comme certains le prédisent."

Vous aimerez aussi

crise politique Contestation en Algérie, en direct : le président du Conseil constitutionnel démissionne
L'ancien ministre des Finances Antti Rinne, chef de file des sociaux-démocrates, le 15 avril 2019 à Helsinki [Antti Aimo-Koivisto / Lehtikuva/AFP]
Élections Législatives en Finlande : vers une coalition gauche-droite pour écarter les populistes
Le drapeau de la Finlande (g), aux côtés de ceux de ses voisins scandinaves, la Norvège (c) et la Suède [JOE KLAMAR / AFP/Archives]
Finlande Les Finlandais de retour aux urnes après quatre années d'austérité

Ailleurs sur le web

Derniers articles