Najdovski candidat EELV pour Paris en 2014

Christophe Najdovski le 12 mars 2001 à Paris [Martin Bureau / AFP/Archives] Christophe Najdovski le 12 mars 2001 à Paris [Martin Bureau / AFP/Archives]

Les militants EELV parisiens ont choisi samedi l'adjoint au maire de Paris Christophe Najdovski pour porter leurs couleurs au municipales de 2014, face notamment aux listes conduites par Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) et Anne Hidalgo (PS), a-t-on appris auprès du parti.

L'adjoint de Bertrand Delanoë en charge de la petite enfance, 43 ans, favori de la consultation, l'a emporté au deuxième tour (51,86% des voix) face à Jacques Boutault, maire du IIe arrondissement (46,11% des voix).

Huit candidats étaient en compétition. Au premier tour, Christophe Najdovski était arrivé en tête avec 204 voix, devant Jacques Boutault (196 voix) et Bernard Jomier, adjoint au maire du XIXe en charge de l'environnement (145 voix). Les cinq autres compétiteurs arrivaient loin derrière ce trio.

Inconnu du grand public, Christophe Najdovski, membre du courant "Maintenant", majoritaire nationalement et dans un moindre mesure à Paris, avait notamment reçu le soutien des ministres Cécile Duflot et Pascal Canfin, du président du groupe écologiste au Sénat Jean-Vincent Placé, et du vice-président de l'Assemblée nationale Denis Baupin, tous membres de son courant.

Comme en 2008, le parti a décidé de ne pas s'allier dès le premier tour avec le PS à Paris. Christophe Najdovski sera donc le nouveau visage du mouvement dans la capitale jusqu'au scrutin, à moins que d'ici là l'ancienne patronne du mouvement Cécile Duflot ne décide de se lancer dans la bataille, une hypothèse toujours plausible.

Vous aimerez aussi

crise politique Contestation en Algérie, en direct : le président du Conseil constitutionnel démissionne
L'ancien ministre des Finances Antti Rinne, chef de file des sociaux-démocrates, le 15 avril 2019 à Helsinki [Antti Aimo-Koivisto / Lehtikuva/AFP]
Élections Législatives en Finlande : vers une coalition gauche-droite pour écarter les populistes
Le drapeau de la Finlande (g), aux côtés de ceux de ses voisins scandinaves, la Norvège (c) et la Suède [JOE KLAMAR / AFP/Archives]
Finlande Les Finlandais de retour aux urnes après quatre années d'austérité

Ailleurs sur le web

Derniers articles