Procès Dalongeville : Hénin-Beaumont réclame plus de six millions d'euros

Gérard Dalongeville, ancien maire PS d'Hénin Beaumont arrive, le 27 mai 2013, au tribunal de Béthune pour l'ouverture de son procès pour détournements de fonds publics [Denis Charlet / AFP/Archives] Gérard Dalongeville, ancien maire PS d'Hénin Beaumont arrive, le 27 mai 2013, au tribunal de Béthune pour l'ouverture de son procès pour détournements de fonds publics [Denis Charlet / AFP/Archives]

La commune d'Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), partie civile au procès pour détournements de fonds publics de son ancien maire, Gérard Dalongeville, a réclamé lundi devant le tribunal correctionnel de Béthune le versement de plus de six millions d'euros, au titre des préjudices matériel et moral subis par la ville.

M. Dalongeville, 42 ans, maire de 2001 à 2009, un temps sous l'étiquette socialiste, est jugé depuis le 27 mai pour détournements de fonds publics, favoritisme, usage de faux et corruption passive, des délits passibles de dix ans de prison et 150.000 euros d'amende.

La justice le soupçonne d'avoir mis en place - avec son ancien premier adjoint chargé des finances de 2001 à 2008, Claude Chopin, et un homme d'affaires, Guy Mollet, également renvoyés - un système de fausses factures entre 2006 et avril 2009, au bénéfice de sociétés qui n'ont jamais honoré les prestations correspondantes.

"La ville a été pillée financièrement mais elle a aussi subi un préjudice moral considérable", a plaidé Me Charlotte Feutrie, l'avocate de la ville de 26.000 habitants située en plein bassin minier.

Estimant que le préjudice matériel était équivalent au préjudice moral, elle a réclamé le versement de plus de trois millions d'euros pour réparer chacun d'entre eux, soit au total plus de six millions d'euros.

Pour la plupart des marchés passés entre les chefs d'entreprise et la mairie, "les règles sont inexistantes" et les commandes publiques ne présentent "aucun intérêt communal", a rappelé Me Feutrie, détaillant un préjudice allant de près de 10.000 euros à plus de 900.000 euros selon les sociétés.

L'avocate a également demandé au tribunal de condamner les 21 prévenus à indemniser "l'atteinte à l'image de marque" de la commune d'Hénin-Beaumont, argumentant que celle-ci "souffre depuis plus de quatre ans d'une très mauvaise presse (...) extrêmement volumineuse" et qu'elle "a le droit d'espérer passer à autre chose".

La commune et ses habitants ont souffert "de la dilapidation du budget communal" et de la "hausse importante" des impôts locaux, a poursuivi Me Feutrie, affirmant qu'il allait "falloir du temps, beaucoup de temps pour qu'on oublie cette affaire et beaucoup de temps pour que les finances se remettent de cette affaire".

Le réquisitoire du ministère public est attendu dans l'après-midi.

Vous aimerez aussi

Fait divers Affaire Le Tan : les lourds antécédents de Jean-Marc Reiser, principal suspect
Des partisans du Premier ministre Nawaz Sharif devant le tribunal d'Islamabad, le 19 septembre 2018 [AAMIR QURESHI / AFP]
Politique Pakistan : l'ex-Premier ministre Sharif retrouve provisoirement la liberté
Justice Affaire Benalla : le couple de la Contrescarpe a été entendu par les juges d'instruction

Ailleurs sur le web

Derniers articles