Trois "Hommen" de Roland-Garros jugés en comparution immédiate

Le militant des "Hommen" intercepté dimanche lors de son irruption sur le court Philippe Chatrier de Roland-Garros. Le militant des "Hommen" intercepté dimanche lors de son irruption sur le court Philippe Chatrier de Roland-Garros.[KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

Après 48 heures de garde à vue, trois militants des  "Hommen" qui avaient organisé un happening à l'aide de fumigènes lors de la finale de Roland-Garros ont été emmenés mardi en fin d’après-midi au dépôt de la Préfecture de Police avant une comparution immédiate.

Alors que plusieurs dizaines de manifestants venus les soutenir étaient présents dans le rue, assis par terre, face au commissariat de la rue de la Faisanderie (Paris 16e), ils ont été emmenés en camion au dépôt de la préfecture de police de Paris sous la protection d’un déploiement de CRS lourdement équipés.

Parmi les personnalités venues les soutenir : Béatrice Bourges, leader du « Printemps Français » et le député du Vaucluse Jacques Bombard (DVD) qui a pu pénétrer à l’intérieur du commissariat du fait de son statut parlementaire.

 

Des appels à manifester

Ils doivent être jugés mercredi matin en comparution immédiate. Ils sont notamment poursuivis pour violence, dissimulation du visage et violences avec arme par destination. Des faits passibles de peines de prison ferme. Sur les réseaux sociaux, les appels à manifester mercredi soir devant le dépôt de la préfecture de police de Paris se sont multipliés

Rappel des faits. Dimanche 9 juin, Rafaël Nadal vient de battre David Ferrer sur le court Philippe Chatrier de Roland-Garros. A cette occasion, un "Hommen" saute sur le court de tennis, torse nu, un fumigène à la main pour afficher son opposition au mariage gay devant les caméras du monde entier.

Parallèlement, plusieurs autres membres des Hommen avaient pris position sur les gradins supérieurs du court Suzanne Lenglen où ils avaient déployé une banderole sur laquelle était inscrite : "Hollande démission". Tous ont été maîtrisés et placés en garde à vue dans la foulée.

 

"Fabien", porte-parole des "Hommen" : "Ce n'est qu'un début" 

Le maire PS du 4e arrondissement marié avec son compagnon par Anne Hidalgo 

Des opposants au mariage gay réveillent Manuel Valls à Bordeaux

Vous aimerez aussi

Justice Clip «pendez les blancs» : le rappeur Nick Conrad condamné à 5.000 euros d’amende avec sursis
Un Boeing 737 MAX 9 dans l'usine de Renton, dans l'Etat de Washington, le 12 mars 2019  [Jason Redmond / AFP]
Aéronautique Crashs de 737 MAX : la justice américaine s'en mêle, Boeing tente de rassurer
Faits divers Nîmes : un homme mis en examen pour viol sur la fille de sa compagne

Ailleurs sur le web

Derniers articles