Auto-entrepreneurs : les Poussins en partie entendus

La ministre de l'Artisanat, Sylvia Pinel, à l'Assemblée nationale le 16 avril 2013 [Martin Bureau / AFP/Archives] La ministre de l'Artisanat, Sylvia Pinel, à l'Assemblée nationale le 16 avril 2013 [Martin Bureau / AFP/Archives]

La ministre de l'Artisanat, Sylvia Pinel, a présenté mercredi en Conseil des ministres son projet de réforme du régime des auto-entrepreneurs qui devrait entrer en vigueur l'année prochaine.

A l'issue du Conseil des ministres, l'ancienne députée radicale a notamment annoncé que les auto-entrepreneurs qui bénéficieraient deux années de suite de plus de 19.000 euros de chiffre d'affaire "basculeraient dans le régime classique de création d'entreprise".

"Un texte de loi sera présenté en Conseil des ministres à la fin du mois de juillet pour être débattu au Parlement à l'automne", a-t-elle précisé.

"Les premières entreprises pourront basculer au 1er janvier 2015", a indiqué la ministre, assurant de la volonté du gouvernement d'encourager entrepreneuriat "sous toutes ses formes".

Elle a aussi promis qu'il n'y aurait plus cette "concurrence qui parfois pouvait s'avérer déloyale" entre auto-entrepreneurs et petits entrepreneurs. De même, "il n'y aura pas de rétroactivité lors de la mise en oeuvre de la réforme", a-t-elle fait valoir.

Un mouvement de protestation contre toute limitation dans le temps, baptisé "Poussins", avait pris de l'ampleur sur les réseaux sociaux ces dernière semaines.

"Ce que nous voulons c'est que les uns comme les autres puissent se développer et cessent de s'opposer", a lancé Mme Pinel devant la presse.

À suivre aussi

Marc Fesneau : «Il faut que la réforme soit comprise par les Français»
Retraites Marc Fesneau, ministre chargé des Relations avec le Parlement : «Il faut que la réforme soit comprise par les Français»
«Je veux bien tous les jours me faire appeler président des riches, je ne le suis pas et je ne suis pas le défenseur de qui que ce soit», a déclaré Emmanuel Macron.
Gouvernement Emmanuel Macron réaffirme qu'il n'est «pas le président des riches»
Emmanuel Macron en visite à Dunkerque le 20 janvier 2020. [Denis Charlet / POOL/AFP]
Politique Moisson d'investissements pour Emmanuel Macron et le gouvernement, qui accueillent 200 patrons du monde entier

Ailleurs sur le web

Derniers articles