Emplois d'avenir : une mission d'information sur l'application de la loi

Le député socialiste Jean-Marc Germain livre un discours à l'Assemblée nationale, le 30 avril 2013 à Paris [Francois Guillot / AFP/Archives] Le député socialiste Jean-Marc Germain livre un discours à l'Assemblée nationale, le 30 avril 2013 à Paris [Francois Guillot / AFP/Archives]

Une mission d'information de l'Assemblée nationale va se pencher sur l'application de la loi sur les emplois d'avenir, sous la houlette du socialiste Jean-Marc Germain, a-t-on appris jeudi de source parlementaire.

Outre M. Germain, qui en sera le président et le rapporteur, cette mission sera composée de deux autres socialistes, Monique Iborra et Fanélie Carrey-Conte, d'un écologiste, Christophe Cavard, d'une députée UMP, Isabelle Le Callenec, et d'un élu UDI, Arnaud Richard.

Lors d'un déplacement le 4 juin à Marseille, François Hollande a annoncé l'élargissement des emplois d'avenir au secteur privé, tout en appelant les collectivités à "se saisir pleinement" de ce dispositif qui, a-t-il reconnu, ne rencontre pas le succès espéré.

Selon le dernier bilan du ministère du Travail, 25.000 contrats de ce type seulement ont été signés pour un objectif de 100.000 d'ici à la fin de l'année.

Le déploiement de ces emplois en partie subventionnés destinés aux jeunes peu ou pas diplômés "marche très bien dans les zones rurales" mais il est "plus difficile" dans les "zones très urbanisées", a concédé fin mai le ministre du Travail Michel Sapin.

Il a appelé alors "chacun à se mobiliser" sur l'emploi plutôt que de "critiquer", en réponse au courroux de Claude Bartolone, qui n'avait pas apprécié que l'entourage du ministre du Travail souligne le retard pris dans son département de Seine-Saint-Denis pour mettre en oeuvre les emplois d'avenir.

Mi-mai, le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone (PS) avait aussi souhaité, après l'annonce de l'entrée de la France en récession, que l'Assemblée nationale évalue rapidement l'efficacité des mesures gouvernementales contre le chômage, en particulier les emplois d'avenir.

Les emplois d'avenir s'adressent à des jeunes de 16 à 25 ans dépourvus de tout diplôme et qualification et comportent une exigence de formation.

À suivre aussi

Travail «Traverser la rue» pour trouver un emploi : le jeune homme visé par Macron a plutôt dû traverser le pays pour multiplier les petits contrats
Emplois supprimés : les finances publiques en grève
Mouvement social Emplois supprimés : les finances publiques en grève
législation Grève RATP : tout savoir sur le télétravail

Ailleurs sur le web

Derniers articles