Gattaz, candidat à la présidence du Medef, appelle "à ne pas déstabiliser" Orange

Pierre Gattaz le 12 juin 2013 à  Saint-Quentin-Fallavier [Philippe Desmazes / AFP] Pierre Gattaz le 12 juin 2013 à Saint-Quentin-Fallavier [Philippe Desmazes / AFP]

Stéphane Richard est "innocent jusqu'à preuve du contraire" et c'est au conseil d'administration d'Orange de décider de son maintien à la tête du groupe, a estimé jeudi le candidat à la présidence du Medef Pierre Gattaz, en appelant à "ne pas déstabiliser" l'opérateur.

M. Richard, qui a été mis en examen la veille pour escroquerie en bande organisée dans le cadre de l'affaire Tapie/Crédit Lyonnais "est un grand patron", a déclaré M. Gattaz, interrogé sur la radio France Info.

"Il est innocent jusqu'à preuve du contraire. Ensuite, il y a un conseil d'administration qui doit décider", a ajouté l'industriel.

Pressé de savoir si le chef d'accusation retenu par les juges contre M. Richard n'était pas de nature à justifier son éviction, M. Gattaz s'est voulu prudent. "Il faut tout faire pour ne pas déstabiliser une entreprise. Jusqu'à preuve du contraire, il est innocent. Au conseil d'administration de décider de le maintenir ou pas (...). L'entreprise Orange est à préserver à tout prix. Attention à ne pas tout déstabliser par cette affaire", a-t-il développé.

L'enquête sur l'arbitrage dont a bénéficié en 2008 Bernard Tapie dans son litige avec le Crédit Lyonnais a pris un nouveau tour spectaculaire mercredi, avec la mise en examen de M. Richard pour "escroquerie en bande organisée".

Ne faut-il pas cloisonner un peu plus les passages du public vers le privé ? lui demande-t-on ensuite.

"Au contraire, il faudrait qu'il y ait beaucoup de relations entre la sphère publique et la sphère privée. Je crois au contraire qu'il faudrait favoriser des rapprochements entre privé et public de sorte qu'on comprenne que le monde tourne grâce à l'économie", a ajouté M. Gattaz.

À suivre aussi

Le Medef joue la carte du renouveau
Patronat Le Medef joue la carte du renouveau pour son université d'été
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud à l'Assemblée nationale le 6 février 2019. [Christophe ARCHAMBAULT / AFP/Archives]
Politique Assurance chômage : Muriel Pénicaud «regrette vivement» l'échec de la négociation
Patronat Hérault : un patron lance un référendum pour que ses employés ne partent plus en vacances en été

Ailleurs sur le web

Derniers articles