Lot-et-Garonne: Bousquet-Cassagne (FN) tend la main à la "gauche populaire"

Etienne Bousquet-Cassagne, candidat FN au second tour de la législative partielle dans le Lot-et-Garonne, le 16 juin 2013 à Villeneuve-sur-Lot [Mehdi Fedouach / AFP] Etienne Bousquet-Cassagne, candidat FN au second tour de la législative partielle dans le Lot-et-Garonne, le 16 juin 2013 à Villeneuve-sur-Lot [Mehdi Fedouach / AFP]

Etienne Bousquet-Cassagne, candidat FN qualifié pour le second tour de la législative partielle dans l'ancien fief de Jérôme Cahuzac, a lancé lundi à Agen un appel aux électeurs de la "gauche populaire", insistant notamment sur les "positions sociales" de son parti pas assez "mises en avant".

"Je pense que les électeurs qui ont voté PS mais qui ne veulent pas voter UMP (...) voteront pour l'emploi", a déclaré à des journalistes M. Bousquet-Cassagne, venu déposer à la préfecture sa candidature pour le second tour de la législative partielle dans la 3e circonscription du Lot-et-Garonne.

Le candidat frontiste, qui a récolté dimanche 26,04% des suffrages, y affrontera l'UMP Jean-Louis Costes, arrivé en tête avec 28,71% des voix. Troisième (23,69%), le PS Bernard Barral a été éliminé.

"Le FN a des positions sociales et elles ne sont pas assez mises en avant (...) il y a des électeurs qui ont une vision caricaturée de notre programme et nous allons leur expliquer ce qu'est notre programme social en matière de retraites, de pouvoir d'achat, d'emploi, d'aides sociales et de santé", a-t-il dit.

Membre du bureau politique du FN et directeur de campagne de M. Bousquet-Cassagne, Michel Guiniot a également estimé que "l'électorat populaire qui vient de la gauche populaire, pas de la gauche bobo" "est en capacité de rejoindre la candidature d'Etienne Bousquet-Cassagne". "Aujourd'hui le grand capital tue l'emploi en France (...) La finance internationale s'assoit sur les salariés français", a-t-il ajouté.

Il a par ailleurs estimé que la clef du second tour "se trouve chez les abstentionnistes" qui représentent un "gros réservoir", comme lors de la législative partielle ayant opposé en mars un candidat FN à un candidat de l'UMP : "Nous avons fait exactement le même score au premier tour", dans l'Oise, a-t-il dit.

L'UMP Jean-François Mancel a été réélu député de la deuxième circonscription de l'Oise le 24 mars au terme d'un duel serré avec la candidate du Front national, Florence Italiani, lors d'un second tour marqué, comme le premier, par une forte abstention. Le député sortant a remporté 51,41% des voix, contre 48,59% pour Mme Italiani, soit un écart de moins de 800 voix. M. Mancel a recueilli 13.958 suffrages et sa concurrente 13.190.

À suivre aussi

Le vice-Premier ministre italien Matteo Salvini, à Rome le 15 juillet 2019  [Andreas SOLARO / AFP/Archives]
Politique Italie : Matteo Salvini réclame des élections anticipées et fait éclater la coalition populiste
Le Premier ministre britannique Boris Johnson lors d'un déplacement à Birmingham le 26 juillet 2019 [TOBY MELVILLE / POOL/AFP]
Politique Boris Johnson dévoile ses priorités en pleine spéculation sur des élections
Élections Municipales : quelle stratégie pour le Rassemblement national ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles