Embryon: la proposition de loi à nouveau à l'Assemblée en juillet

Vue de l'hémicycle de l'Assemblée nationale, le 4 mars 2009 [Joel Saget / AFP/Archives] Vue de l'hémicycle de l'Assemblée nationale, le 4 mars 2009 [Joel Saget / AFP/Archives]

La proposition de loi PRG autorisant la recherche sur l'embryon, dont l'examen à l'Assemblée n'avait pu être achevé le 28 mars, sera de nouveau débattue par les députés le 11 juillet, a annoncé mardi le ministre des relations avec le Parlement, Alain Vidalies.

Ce texte, adopté en décembre par le Sénat, autorise la recherche sur des embryons surnuméraires, à quatre conditions: projet "scientifiquement pertinent", avoir "une finalité médicale", "ne pouvoir être conduit qu'avec des embryons humains" et enfin "respecter des garanties éthiques". L'Agence de biomédecine continuera d'opérer le contrôle.

Le 28 mars, une partie des députés UMP avait empêché qu'il soit adopté lors d'une journée consacrée aux propositions du groupe RRDP (Radical, républicain, démocrate et progressiste).

Alain Vidalies a annoncé qu'il sera de nouveau débattu le 11 juillet, lors de la réunion mardi de la conférence des présidents de l'Assemblée qui réunit notamment, autour de Claude Bartolone (PS), les chefs de file des groupes politiques et des commissions.

 

Jean-Marie le Méné : Dans le mot bio-éthique, il y a aussi le mot éthique"

 

À suivre aussi

Christophe Castaner auditionné mardi par la délégation parlementaire au renseignement
Politique Christophe Castaner auditionné par la délégation parlementaire au renseignement
Les députés britanniques ont fait leur rentrée ce mercredi, au lendemain de la décision historique de la Cour suprême qui a jugé «illégale» la décision de Boris Johnson de suspendre le Parlement.
Politique Royaume-Uni : les députés britanniques reprennent leurs travaux dans une ambiance électrique
Si la Cour suprême donnait tort au gouvernement, Boris Johnson pourrait demander une nouvelle suspension du Parlement, pour la même période, mais sur une base juridique différente et plus solide.
Brexit Royaume-Uni : et si la suspension du Parlement était jugée illégale ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles