Marseille : le PG veut des listes autonomes Front de gauche

Une affiche pour le candidat Front de gauche à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, en mars 2012 à Marseille [Gerard Julien / AFP/Archives] Une affiche pour le candidat Front de gauche à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, en mars 2012 à Marseille [Gerard Julien / AFP/Archives]

Le Parti de Gauche (PG) souhaite que le Front de Gauche (FG) présente des listes autonomes aux municipales à Marseille, ville tenue par l'UMP Jean-Claude Gaudin depuis 1995, afin "de proposer une alternative radicale et une politique cohérente aux Marseillais", a-t-il annoncé mardi.

"Finissons-en avec le clientélisme, la corruption et le népotisme de la mairie UMP et la communauté d'agglomération PS", affirme le PG dans un communiqué, souhaitant que le FG "présente à Marseille des listes autonomes du Parti socialiste".

"L'an prochain, les enjeux seront doubles avec les élections municipales et les européennes, nous devrons mener la bataille sur les deux fronts", a expliqué à l'AFP la porte-parole du PG à Marseille et membre du bureau national, Marie Batoux.

"On veut notre autonomie à Marseille encore plus qu'ailleurs", a-t-elle ajouté, disant faire particulièrement attention à "l'abstention et au score du FN".

Par ailleurs, Mme Batoux a précisé que des discussions avec EELV étaient en cours "puisqu'ils se sont positionnés sur une autonomie par rapport au PS".

Au second tour, la consigne de vote donnée aux militants du FG "dépendra de la présence du FN", a précisé Mme Batoux.

Le 9 juin, Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche, s'est déclaré "à titre personnel" favorable à des listes autonomes aux élections municipales, la question étant toujours discutée au sein du Front de gauche où "il n'y a aucun enthousiasme à être allié avec les socialistes" selon lui.

En désaccord avec cette stratégie, le PCF marseillais -qui lors des municipales de 2008 s'était allié au socialiste Jean-Noël Guérini dès le premier tour à Marseille- appelle de son côté au "rassemblement le plus large possible", a rappelé le secrétaire départemental Pierre Dharréville, contacté par l'AFP.

Vous aimerez aussi

Le gouverneur de Floride, Rick Scott, le soir de l'élection, le 6 novembre 2018 [JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP]
Etats-Unis La Floride de nouveau plongée dans un amer imbroglio électoral
L'Allemand Manfred Weber (G) et le Finlandais Alexander Stubb (D) lors d'un débat à Helsinki, Finlande, le 7 novembre 2018. [Heikki Saukkomaa / Lehtikuva/AFP]
scrutin Elections européennes : la droite européenne désigne son champion
Etats-Unis Midterms : les 10 choses à retenir

Ailleurs sur le web

Derniers articles