Juppé : l'accord sur la Syrie, "principal échec du G8"

L'ancien Preminier ministre Alain Juppé le 15 janvier 2013 à Bordeaux [Jean-Pierre Muller / AFP/Archives] L'ancien Preminier ministre Alain Juppé le 15 janvier 2013 à Bordeaux [Jean-Pierre Muller / AFP/Archives]

L'ancien Premier ministre Alain Juppé (UMP) a estimé mercredi sur i-télé que "le principal échec du G8", qui vient de se terminer au Royaume-Uni, était "l'incapacité" à trouver un accord sur la Syrie, soulignant la "responsabilité historique de la Russie".

"Le principal échec de ce G8 est bien sûr l'incapacité des grands chefs d'Etat et de gouvernement à se mettre d'accord sur la Syrie, le massacre va donc se poursuivre", a déclaré M. Juppé, interrogé depuis Bordeaux.

Après deux jours de dures tractations, le sommet du G8 a accouché mardi d'un accord a minima sur la Syrie, appelant à l'organisation "dès que possible" d'une conférence de paix, mais laissant en suspens toutes les questions clés pour le règlement du conflit.

"La situation est un massacre scandaleux de la population syrienne - près de 100.000 morts - et l'incapacité de la communauté internationale à agir avec une responsabilité qui sera une responsabilité historique de la Russie qui par son intransigeance et sa rigidité laisse agir un régime criminel", a souligné M. Juppé, relevant aussi "l'incapacité des grandes démocraties à tenir notre parole".

"Nous avions tous dit que l'utilisation des armes chimiques constituerait une ligne rouge, elle est quasi avérée aujourd'hui et il ne se passe rien", a regretté l'ex ministre des Affaires étrangères.

Il s'est aussi inquiété des "conséquences sur l'ensemble de la région: le Liban risque d'être déstabilisé, la Jordanie souffre d'un afflux massif de réfugiés et la Turquie n'est pas exempte de conséquences".

Vous aimerez aussi

Diplomatie Brexit : la possibilité d'un accord «toujours là» selon Merkel
La Première ministre britannique Theresa May, le 10 octobre 2018 à Londres [Adrian DENNIS / AFP/Archives]
Diplomatie Brexit : May face à l'UE en pleine impasse dans les négociations
Diplomatie Poutine sera à Paris le 11 novembre, pour les commémorations de la Grande guerre

Ailleurs sur le web

Derniers articles