Qui est Steeve Briois, le maire FN d’Hénin-Beaumont ?

Steeve Briois, le 24 mars 2014, dans la mairie d'Hénin-Beaumont [PHILIPPE HUGUEN / AFP]

Il demeurera le visage symbolisant la vague bleu marine des élections municipales de 2014. Steeve Briois, 41 ans, cueille à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) le fruit d’un long travail militant.

 

La performance signée par Steeve Briois dans la ville-symbole d’Hénin-Beaumont est double. D’une part, parce que la commune est tombée dès le premier tour. D’autre part, et surtout, parce qu’elle a été acquise par le FN sur une terre traditionnellement à gauche. On est donc bien loin de la configuration de 1995, lorsque les villes méridionales de Toulon, Orange et Marignane étaient tombées dans l’escarcelle frontiste.

 

Facteurs clés du succès

L’artisan de ce succès est encore peu connu du grand public. Certes épaulé régulièrement par les ténors du Front National – Marine Le Pen au premier plan, qui vote à Hénin-Beaumont - Steeve Briois peut en effet se féliciter de voir récompensées des années de travail sur le terrain. Lundi matin, au micro d’Europe 1, il ne manquait pas de le souligner : « C’est (la victoire) de tout le monde ! D’un travail militant depuis quelques années, celle évidemment de Marine qui (…) est venue nous soutenir de nombreuses fois ». Autre facteur qui a joué en faveur du nouvel édile : les affaires à répétition dans lesquelles sont empêtrées plusieurs figures de la gauche locale (Hénin-Beaumont a été placée sous contrôle budgétaire de la cour régionale des comptes en novembre 2003).

Omniprésent à Hénin-Beaumont, ce natif de Seclin – une commune située à moins de 20 kilomètres au nord – a su devenir une figure du paysage politique local. Il faut dire qu’en outre, l’homme ne sort pas du sérail et affiche des origines simples, symbolisées par son grand-père mineur. Lui-même, ancien élève du lycée Fernand Darchicourt d'Hénin-Beaumoint, titulaire d’un BTS, a commencé en vendant des abonnements Numéricable. Plus à l’aise sur les marchés ou dans les opérations de porte-à-porte que sur les plateaux des chaînes de télévision, il a su faire de son enracinement – il était élu au conseil municipal d’Hénin-Beaumont depuis 1995 – une clé essentielle de son succès du 23 mars.

 

Un ancien du Front

Aujourd’hui, Steeve Briois affiche des ambitions modérées, dresse l'éloge du "bon sens" et fait de la lutte contre le chômage, la fiscalité et l’insécurité sa priorité à Hénin-Beaumont. Et quand Najat Vallaud-Belkacem l’accuse de vouloir imposer du jambon dans les cantines ou abonner les bibliothèques à l’hebdomadaire Minute, il s’insurge : « Le seul argument de ces gens-là, c’est dire : « Attention, vous allez avoir une mairie raciste, xénophobe ! » C’est n’importe quoi, elle délire, je vous assure » confiait-il lundi matin, toujours sur Europe 1. Des déclarations en phase avec la stratégie de dédiabolisation mise en œuvre par Marine Le Pen dont il est proche depuis longtemps.

Pour autant, Steeve Briois ne fait pas partie de ces nouveaux cadres frontistes, prélevés dans les rangs de la gauche souverainiste ou des membres de l’UMP nostalgiques du RPR. C’est en effet dès l’âge de 16 ans qu’il prend sa carte au FN. Nous sommes alors en 1988, l’année où Jean-Marie Le Pen obtient 14% des voix au premier tour de l’élection présidentielle. Petit à petit, il a gravi tous les échelons au sein de la section FN d’Hénin-Beaumont avant de glaner ses premiers mandats. Outre celui de conseiller municipal, il a été élu conseiller régional en 1998.

 

Face au réel

Aujourd’hui, cet homme discret – qui a vivement contre-attaqué les révélations récentes faites sur sa vie privée – est devenu un rouage clé de l’organisation frontiste à l’heure de Marine Le Pen. Secrétaire général du FN depuis le congrès de janvier 2011, il entend mettre en œuvre à l’échelle locale comme nationale les méthodes définies naguère par Bruno Mégret qu’il avait furtivement suivi lors du « puputsch » (dixit Jean-Marie Le Pen) de 1998. Sa victoire du 23 mars peut apparaître comme la revanche discrète du mégrétisme. Reste maintenant à le mettre concrètement en application. Le premier budget qui sera présenté par l’équipe de Briois lors d’un prochain conseil municipal sera l’occasion de jauger plus précisément quelles options seront suivies au cours du mandat.

 

Steeve Briois parodie le curé d'Hénin-Beaumont

Steeve Briois ironise sur la campagne anti-immigration de Cameron

Marine Le Pen tâcle le clip anti-FN de Yannick Noah

Candidate RBM, "Ariane Carera de Luxor" a tourné 103 pornos

 

Vous aimerez aussi

vol Qui sont les pilotes du Boeing 777 disparu ?
portraits Qui est Dakota Johnson, l'actrice de "50 Shades of Grey" ?
portraits Qui est Victor Dubuisson, la nouvelle perle du golf français ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles