Déficit: l'UE devrait tenir compte des engagements militaires français

Le porte-parole du PS, Olivier Faure, répond aux journalistes à Paris le 28 avril 2014 [Pierre Andrieu / AFP] Le porte-parole du PS, Olivier Faure, répond aux journalistes à Paris le 28 avril 2014 [Pierre Andrieu / AFP]

Olivier Faure, porte-parole du PS, a pointé lundi "un double manquement" de l'UE face aux engagements militaires français: qu'elle ne les accompagne pas et n'en tienne pas compte pour le plafond imposé de déficit.

Interrogé par RTL sur les livraisons françaises d'aide d'urgence en Irak et d'éventuelles frappes, le député a observé : "la France ne va pas s'engager seule partout". "Il est nécessaire aujourd'hui que l'Europe notamment prenne le relais, on aimerait entendre Mme Ashton (ndlr: la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton) connaître son visage, sa voix". "Malheureusement, elle est souvent muette".

Il faut que "la France ne soit pas seule dans ces combats-là", a insisté l'élu de Seine-et-Marne. "Elle a été souvent à l'avant-garde, elle protège les valeurs de l'Europe, il est logique que les Européens viennent aussi en relais".

"La France, alors qu'elle intervient, voit ses dépenses militaires imputées sur les fameux 3% qu'elle doit respecter pour le déficit", a déploré M. Faure.

"Il y a un double manquement de l'Europe", selon le responsable socialiste. "A la fois quand elle n'intervient pas et en même temps quand elle exige de la France des déficits qui n’intègrent pas que la France se bat pour les valeurs européennes contre le terrorisme à travers le monde".

Les pays européens doivent s'engager sur une réduction à 3% du PIB de leur déficit public, la France ayant été en 2013 au-dessus de 4%.

Vous aimerez aussi

Poignée de main entre Donald Trump et Vladimir Poutine le 16 juillet 2018 à Helsinki [Aleksey Nikolskyi / SPUTNIK/AFP]
Etats-Unis Trump vante, malgré tout, le «succès» de son sommet avec Poutine
Les deux Corées se réunissent le temps d'un tournoi de ping-pong
Diplomatie Les deux Corées réunies le temps d'un tournoi de ping-pong
Le Premier ministre japonais Shinzo Abe (C), le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker (G) et le président du Conseil européen Donald Tusk (D) tout sourires après la signature d'un accord de libre-échange, à Tokyo le 17 juillet 2018 [Koji Sasahara / POOL/AFP]
Diplomatie Dans un «message» à Trump, UE et Japon signent un vaste accord commercial

Ailleurs sur le web

Derniers articles