Estrosi voit "une faute historique de la France" dans son refus de s'engager en Irak

- [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives] - [Kenzo Tribouillard / AFP/Archives]

Le député-maire UMP de Nice, Christian Estrosi, a estimé mardi qu'il s'agissait "d'une faute historique pour la France de ne pas être engagé militairement (...) au côté des États-Unis" en Irak.

"Mépriser, ignorer, rester indifférent au fait qu'il y ait un véritable génocide qui se noue en Orient contre les chrétiens (...) c'est une faute historique de la France de ne pas être engagé militairement, au moins de manière aérienne, aux côtés des États-Unis", a affirmé M. Estrosi sur RTL.

"Dès le premier jour, lorsque les Américains sont intervenus, j'ai dit que nous avions un devoir, un devoir historique, un devoir face au contexte international où nous voyons de toutes parts la barbarie, l'intégrisme, le fanatisme qui essaie de menacer tout simplement l'héritage de civilisation qui est le nôtre", a-t-il poursuivi.

"Je suis triste pour mon pays, mon pays était encore il y a peu une grande puissance qui faisait entendre sa voix, qui était respectée, qui a évité des bains de sang - en Géorgie et ailleurs - et aujourd'hui la voix de la France est inaudible", a déclaré le maire de Nice. "On abandonne le fait que le général de Gaulle ait voulu nous donner une indépendance militaire qui a fait de nous l'une des puissances les plus respectées, pour pouvoir agir en faveur de la paix et faire en sorte que nous puissions dans les situations comme celle-ci intervenir".

"La France, alors que c'est sa responsabilité, va rester silencieuse, je le dis avec colère, c'est inacceptable alors que nous avons les moyens d'agir", a-t-il affirmé.

Vous aimerez aussi

Des membres de la minorité yazidie en Irak cherchent des preuves pouvant leur permettre de retrouver des proches disparus ou tués par le groupe Etat islamique (EI), dans un charnier près du village de Sinuni, dans la région de Sinjar (nord-ouest), le 3 février 2015 [Safin HAMED / AFP/Archives]
Conflit Daesh a laissé derrière lui plus de 200 charniers en Irak, selon l'ONU
Culture Irak : religion et poésie en harmonie
Prix Nobel Prix Nobel de la Paix : quand Nadia Murad racontait son calvaire d'esclave sexuelle de Daesh

Ailleurs sur le web

Derniers articles