Thierry Mandon accuse les "frondeurs" PS de "couper la corde de la cordée"

Thierry Mandon entre Francois Rebsamen et Jean-Yves Le Drian le 4 juin 2014 à l'Assemblée nationale à Paris [François Guillot / AFP/Archives] Thierry Mandon entre Francois Rebsamen et Jean-Yves Le Drian le 4 juin 2014 à l'Assemblée nationale à Paris [François Guillot / AFP/Archives]

ThierrThierry Mandon, le secrétaire d'Etat à la Réforme de l'Etat et à la simplification, a accusé lundi les "frondeurs" socialistes "de couper la corde de la cordée qui essaye de gravir la montagne".

Interrogé par i>TELE sur l'Université d'été de La Rochelle alors qu'augmentent les voix, dans son camp, réclamant un changement de cap, le responsable gouvernemental a tranché : "Est-ce qu'une seconde, un frondeur pense sérieusement qu'on va abandonner, comme ils le proposent, le pacte de responsabilité, qu'on va arrêter de soutenir nos entreprises?"

"Il faut s'accrocher", a exhorté M. Mandon.

Le gouvernement serait-il prêt à lâcher? "Ce sont eux qui lâchent", a estimé l'élu de l'Essonne à propos des protestataires socialistes. "Ce sont eux qui coupent la corde de la cordée qui essaye de gravir la montagne difficile".

"Il faut continuer à garder un cap, mais à ajuster, comme en voile on fait du près serré, pour utiliser au maximum la force des vents", selon lui.

Décidément en veine de métaphores sportives, le secrétaire d'Etat a encore salué une équipe exécutive "qui tire dans le même sens. Il n'y a pas de salut en dehors de ça. Vous savez, c'est comme l'équipe de France de relais hier soir. Dans le dernier virage, elles se sont battues, elles font une ligne droite formidable et elles gagnent. C'est ce qui va nous arriver. Il faut qu'on continue à être soudés, c'est comme ça qu'on gagnera".

Les Françaises sont devenues championnes d'Europe du relais 4x400 m au prix d'une dernière ligne droite phénoménale de la quatrième relayeuse Floria Guei, dimanche à Zurich.

Vous aimerez aussi

Fête nationale Défilé du 14 juillet : le selfie des ministres façon «sortie scolaire» amuse
Le Premier ministre Edouard Philippe, à Paris le 6 juillet 2018 [ludovic MARIN / AFP/Archives]
Politique Edouard Philippe confirme la création d'un parquet national antiterroriste
Gouvernement Marlène Schiappa s'attire les critiques après une interview de Claire Chazal dans Paris Match

Ailleurs sur le web

Derniers articles