François Rebsamen "souhaite" rester au ministère du Travail

Le ministre du Travail François Rebsamen à l'hôtel Matignon, le 21 août 2014 [Bertrand Guay / AFP] Le ministre du Travail François Rebsamen à l'hôtel Matignon, le 21 août 2014 [Bertrand Guay / AFP]

Le ministre du Travail sortant, François Rebsamen, a déclaré lundi souhaiter rester à son poste dans le gouvernement qu'annoncera mardi Manuel Valls, après la démission de l'équipe précédente lundi, suite aux critiques du ministre de l'Economie Arnaud Montebourg sur la politique économique de l'exécutif.

"Oui, je le souhaite", a répondu M. Rebsamen au micro d'Europe 1, à la question: "Souhaitez-vous continuer dans cette équipe à vous occuper du Travail, de l'Emploi et des Affaires sociales ?".

"J'ai noué des relations avec les partenaires sociaux", a poursuivi ce proche du président François Hollande, "j'ai beaucoup de chantiers en cours, c'est un ministère qui est très prenant, qui demande beaucoup d'investissement personnel en temps, en travail et donc j'y suis bien."

"Je n'ai pas la capacité ce soir de dire +je vais rester+, mais je dis que je suis bien dans ce ministère", a ajouté M. Rebsamen. "On verra ce que décide le Premier ministre."

"On me demande d’accélérer" les réformes, a-t-il assuré. "Si je suis reconduit à la fonction, je vais accélérer", a ajouté M. Rebsamen.

Le ministre occupe ce poste depuis le dernier remaniement intervenu en avril. A l'époque de la formation de ce gouvernement, sa préférence pour le ministère de l'Intérieur était connue.

Manuel Valls a présenté la démission de son gouvernement lundi matin, après les critiques de son propre ministre de l'Economie Arnaud Montebourg envers la politique économique de l'exécutif. Le Premier ministre a multiplié les consultations dans la journée pour former un gouvernement dès mardi.

M. Montebourg et la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, ont annoncé qu'ils n'en feraient pas partie. Le ministre de l'Education nationale Benoît Hamon, qui a apporté son soutien à la ligne d'Arnaud Montebourg, devrait également en être absent.

Vous aimerez aussi

Polémique Affaire Benalla : les politiques réagissent
Le siège de France Télévisions qui regroupe France 2, France 3, France 4, France Ô et France Info channels, à Paris le 4 septembre 2017 [LUDOVIC MARIN / AFP/Archives]
Télévision Après France 4, le gouvernement va supprimer France Ô
Elysée Alexandre Benalla : l'Elysée aurait failli à l'article 40 du code de procédure pénale

Ailleurs sur le web

Derniers articles