Emmanuelli (PS) : Montebourg et Hamon "n'ont pas tout à fait mesuré ce qu'ils faisaient"

Henri Emmanuelli le 23 avril 2012 à Paris [Bertrand Langlois / AFP/Archives] Henri Emmanuelli le 23 avril 2012 à Paris [Bertrand Langlois / AFP/Archives]

Le député PS des Landes Henri Emmanuelli s'est dit mardi en désaccord avec la "méthode" employée par Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, qui ont quitté le gouvernement après en avoir critiqué la ligne économique, estimant qu'ils n'avaient "pas mesuré la porté de ce qu'ils faisaient"

"Je suis d'accord évidemment avec le discours sur le fond que tiennent aussi bien Arnaud Montebourg que Benoît Hamon ou d'autres mais en revanche, je reconnais que la méthode qu'ils ont utilisée appelait forcément une réaction du président de la République", a déclaré M. Emmanuelli sur BFMTV.

François Hollande "ne pouvait pas se laisser défier de cette manière-là sans réagir et il a réagi. Quand on est membre d'un gouvernement, on n'organise pas un show médiatique pour contester la ligne du gouvernement dont on est membre. Je pense qu'ils n'ont pas tout à fait mesuré la portée de ce qu'ils faisaient", a poursuivi l'ancien président de l'Assemblée nationale.

Benoît Hamon et Arnaud Montevourg le 24 août 2014 à Frangy-en-Bresse  [Jeff Pachoud / AFP]
Photo
ci-dessus
Benoît Hamon et Arnaud Montevourg le 24 août 2014 à Frangy-en-Bresse

Pour le député des Landes, "il faut concentrer les efforts sur l'investissement et c'est ce qu'on dit depuis le départ (...) C'est une contrepartie tangible, l'investissement. Alors que distribuer de l'argent aux entreprises sans contreparties, ça peut déboucher sur ce qu'on voit cette année, à savoir que la France est encore une fois championne de la distribution des dividendes."

 

À suivre aussi

mesures Violences contre les enfants, pédopornographie... Emmanuel Macron s'engage pour protéger les plus jeunes
Maltraitance : 22 mesures gouvernementales pour libérer la parole des enfants
Société Maltraitance : 22 mesures gouvernementales pour protéger les enfants
Selon les médias belges, Paul Magnette privilégierait une coalition «arc-en-ciel», entre les socialistes, les libéraux et les écologistes, auxquels pourraient se joindre les chrétiens-démocrates flamands.
crise politique Belgique : enfin un gouvernement, après plus de 330 jours sans ?

Ailleurs sur le web

Derniers articles