Rebsamen : la France ne mène pas "une politique d'austérité"

Francois Rebsamen lors des questions au gouvernement le 15 juillet 2014 à l'Asssemblée nationale à Paris   [Bertrand Guay / AFP/Archives] Francois Rebsamen lors des questions au gouvernement le 15 juillet 2014 à l'Asssemblée nationale à Paris [Bertrand Guay / AFP/Archives]

Le ministre du Travail sortant, François Rebsamen a estimé lundi que la France ne menait pas "une politique d'austérité", contrairement à ce qu'affirme le ministre de l'Economie sortant Arnaud Montebourg.

 

"La politique qui est menée dans ce pays n'est pas une politique d'austérité", a-t-il dit sur Europe 1.

"Il faut aller voir ce qui se passe dans les pays où il y a une austérité : diminution des salaires de 10%, suppression dans le temps de la durée des indemnisations chômage, par exemple, diminution du nombre de fonctionnaires et baisse des salaires des fonctionnaires", a-t-il ajouté.

"Or en France aujourd'hui, le salaire de base il augmente, le pouvoir d'achat il augmente. Ce sont des chiffres fournis par les organisations syndicales", a affirmé le ministre.

"Ce que je ne comprends pas, c'est ce qu'il demande (Arnaud Montebourg). C'est exactement ce que fait ce gouvernement. Sauf que je ne pense pas que ce soit une politique d’austérité. Je pense qu'on ne peux pas laisser dire des contre-vérités, c'est une contre-vérité", a affirmé M. Rebsamen.

Arnaud Montebourg, rejoint par son homologue à l'Education Benoît Hamon, a multiplié les critiques contre la politique économique d'austérité du gouvernement, dimanche à la Fête de la Rose à Frangy-en-Bresse.

François Hollande a demandé lundi au Premier ministre de constituer une nouvelle équipe. Manuel Valls a été chargé de composer d'ici mardi un gouvernement "en cohérence avec les orientations" économiques définies par le chef de l'Etat.

Arnaud Montebourg a de son côté annoncé à qu'il ne serait plus ministre au sein du nouveau gouvernement Valls, informant simultanément que son collègue Benoît Hamon était aussi partant.

 

 

Vous aimerez aussi

Social Gilets jaunes : quelles suites après l'allocution d'Emmanuel Macron ?
Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger à l'Elysée le 10 décembre 2018 à Paris [ludovic MARIN / AFP]
Social La CFDT devient le premier syndicat français, la CGT reste en tête dans la fonction publique
Social Gilets jaunes : la carte des stations essence en rupture de carburant

Ailleurs sur le web

Derniers articles