Robert Hue ne participera pas au gouvernement

Le leader du "Mouvement unitaire progressiste" (MUP) Robert Hue quitte le palais de l'Elysée après une réunion avec le président français, le 15 mai 2014 à Paris [Alain Jocard / AFP/Archives] Le leader du "Mouvement unitaire progressiste" (MUP) Robert Hue quitte le palais de l'Elysée après une réunion avec le président français, le 15 mai 2014 à Paris [Alain Jocard / AFP/Archives]

Robert Hue, président du Mouvement Unitaire Progressiste (Mup), pressenti pour devenir ministre, a estimé mardi que la ligne du gouvernement ne lui semblait pas aller "dans le sens d'une inflexion sociale nécessaire".

"Ni la ligne politique proposée au nouveau gouvernement, ni sa composition, ne sont de nature à permettre, en tout état de cause, notre participation pour agir dans le sens d’une inflexion sociale nécessaire", a déclaré à l'AFP M. Hue, avant l'annonce du nouveau gouvernement.

Selon le sénateur du Val d'Oise, "il est impératif que le cap politique actuel intègre un souffle social significatif en matière de pouvoir d’achat, minima sociaux, retraites et traitement des fonctionnaires". "Cela ne romprait pas les équilibres nécessaires à la relance économique, mais stimulerait celle-ci", dit-il.

Il souhaite aussi que "la loi permette de mieux évaluer et contrôler les moyens financiers accordés aux entreprises dans le sens de l’investissement et de la création d’emplois" et "favorise les aides publiques en priorité aux petites et moyennes entreprises".

M. Hue a par ailleurs refusé de confirmer si des discussions avaient eu lieu entre lui et le Premier ministre.

Ancien secrétaire général, puis président du Parti communiste Français, M. Hue préside actuellement le Mup, proche de la majorité présidentielle. Au Sénat, il siège au sein du groupe RDSE, à majorité PRG.

Vous aimerez aussi

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner le 12 juin 2019 à Paris [ludovic MARIN / AFP]
Gouvernement Immigration : Christophe Castaner ouvert à un débat sur des quotas
Le gouvernement va débloquer 70 millions d'euros de mesures immédiates pour tenter d'apaiser les personnels des services d'urgences mobilisés depuis trois mois.
Conflit social Crise aux urgences : le gouvernement débloque 70 millions d'euros de mesures immédiates
Aéroports de Paris Référendum sur la privatisation d'ADP: des bugs en série pour voter sur le site

Ailleurs sur le web

Derniers articles