PCF et NPA appellent les parlementaires de gauche à refuser la confiance

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste (PCF), le 20 mai 2014 à Toulouse [Eric Cabanis / AFP/Archives] Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste (PCF), le 20 mai 2014 à Toulouse [Eric Cabanis / AFP/Archives]

Le Parti communiste français (PCF) et le Nouveau Parti Capitaliste (NPA) ont appelé jeudi les parlementaires de gauche à refuser la confiance au gouvernement de Manuel Valls, au lendemain de la "déclaration d'amour au Medef" du Premier ministre.

"J'appellerai tous les parlementaires sincèrement attachés à des valeurs de gauche à ne pas accorder leur confiance au gouvernement Valls", a déclaré Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, sur RFI.

"Je ne vois pas comment les députés frondeurs (socialistes, NDLR) pourraient voter la confiance à un gouvernement qui leur tourne ostensiblement le dos et qui même multiplie les provocations à leur égard", a dit le sénateur.

Le discours, ovationné, de Manuel Valls mercredi lors de l'université d'été du Medef, "n'est pas une déclaration d'amour à l'entreprise, (...) c'est une déclaration d'amour au Medef et à ses exigences de casse généralisée du droit du travail. C'est un discours qui tourne le dos à tout ce que sont depuis des décennies les combats de la gauche", a réagi le responsable du PCF.

"Le Premier ministre avait dit il y a quelques mois +la gauche peut mourir+, on sait maintenant qui tient l'arme du crime. C'est le Premier ministre lui-même qui essaie de la tuer", a martelé M. Laurent.

Olivier Besancenot, Jean-Luc Melenchon et Pierre Laurent le 12 avil 2014 à Paris [Pierre Andrieu / AFP/Archives]
Photo
ci-dessus
Olivier Besancenot, Jean-Luc Melenchon et Pierre Laurent le 12 avil 2014 à Paris

Sur France 2, Olivier Besancenot, représentant du Nouveau parti anticapitaliste, s'est également adressé aux parlementaires de gauche : "on fait une proposition concrète : une bataille va s'organiser sur le budget. Je crois que la seule vraie fronde sociale et politique qu'il faut organiser en cette rentrée, c'est pour faire tomber le budget de l'austérité, faire tomber le pacte de responsabilité, ces 40 milliards d'euros supplémentaires qui vont être donnés aux mêmes."

e gouvernement a un vrai bilan, il porte un chiffre : un demi million de chômeurs en plus depuis que François Hollande est là", a dénoncé M. Besancenot, qui adresse son appel "à ceux et celles qui le 12 avril avaient organisé la première manifestation de gauche contre le gouvernement Valls", désormais "libéral" et "chimiquement pur".

M. Laurent, quant à lui, se rendra à l'université d'été du PS à La Rochelle. "Je crois que l'immense majorité des militants socialistes ne se reconnaissent plus du tout dans cette politique qui se fait d'ailleurs, je le note, sans congrès du Parti socialiste. Aucun militant socialiste n'a validé ce tournant libéral, ce coup de force organisé par Manuel Valls avec le changement de gouvernement et le discours d'hier", a-t-il développé.

"Toutes les forces vives de gauche du pays doivent se rassembler pour construire une autre politique, une autre majorité et ne pas accepter cette dérive générale de la politique gouvernementale", a insisté le sénateur de Paris.

À suivre aussi

La victoire de Zelensky et celle de son parti reflètent la déception des Ukrainiens vis-à-vis de leurs élites, jugées corrompues.
élection Législatives en Ukraine : le parti de Zelensky remporte la majorité absolue au Parlement
Le Parlement a définitivement adopté le projet de loi sur la santé d'Agnès Buzyn qui met fin au décrié «numerus clausus» pour les étudiants en médecine.
Politique Le Parlement adopte définitivement le projet de loi santé
Royaume-Uni Des résidus de cocaïne découverts au Parlement britannique

Ailleurs sur le web

Derniers articles