Martine Aubry joue l'apaisement

Martine Aubry.[ [Philippe Hugen / AFP/Archives]]

La maire de Lille est revenu sur ses propos, tout en maintenant ses critiques à l'égard de la politique économique du gouvernement.

 

«Je ne souhaite pas être un recours, je souhaite simplement pouvoir débattre». Tout en réitérant ses critiques sur la politique économique menée par l’exécutif, Martine Aubry a joué l’apaisement lundi, au lendemain de la publication d’une interview à charge à l’égard du gouvernement.

La maire de Lille a ainsi déclaré vouloir «la réussite» de François Hollande, récusant toute volonté de prendre la place du Premier ministre ou encore celle de tête de file des «frondeurs», qu’elle a toutefois qualifié «d’hommes et de femmes de bonne volonté».

Celle qui fut ministre du Travail veut être «utile à la gauche» et n’a «pas vocation à organiser l’opposition au gouvernement», a-t-elle insisté pour tenter de calmer les nerfs de l’exécutif, qui n’avait pas manqué de rebondir sur son come -back.

Le président (PS) de la commission des Lois de l’Assemblée, Jean-Jacques Urvoas, a récemment publié dans son blog un billet intitulé «Elle gouvernait derrière le rideau» dans lequel il narre à mots couverts les manœuvres de Martine Aubry. 

 

À suivre aussi

Le rapport du Giec remis solennellement  à la maire de Lille
Climat Le rapport du Giec remis solennellement à la maire de Lille
Union Européenne Lille rate l’Agence européenne du médicament, Aubry et Bertrand en veulent à Macron
Braderie La Grande Braderie de Lille à l'épreuve de l'impératif sécuritaire

Ailleurs sur le web

Derniers articles