Bruxelles somme Hollande de préciser le budget

François Hollande Le président François Hollande. [AFP]

Paris doit répondre avant la fin de la semaine aux demandes de précisions de la Commission européenne sur son projet de budget contesté, un épisode que François Hollande s'est efforcé de minimiser alors que la loi de finances crée des remous au sein de sa propre majorité.

 

Le chef de l'Etat a confirmé vendredi 24 octobre que la France avait bien reçu de la Commission une lettre lui demandant des précisions. "Une lettre très banale", conforme "à la procédure" et "qui n'a pas de grande signification au-delà de demander un certain nombre d'informations et de précisions", a déclaré François Hollande, lors d'une conférence de presse au sommet de Bruxelles, promettant une réponse "d'ici la fin de la semaine".

 

Le projet de budget actuellement en discussion à l'Assemblée nationale prévoit un déficit à 4,3% du PIB en 2015, alors que Paris s'était engagé à respecter le chiffre de 3%.

Il prévoit également des économies de 21 milliards d'euros "sans précédent" selon le gouvernement. "On peut voir comment on peut mieux mobiliser certaines ressources, mieux calculer certaines dépenses, mais il n'y aura pas de modifications" sur ce dernier point, a assuré le président, qui a rappelé que la France entendait respecter ses "engagements européens mais avec le maximum de flexibilité".

François Hollande a réaffirmé sa priorité : renouer avec la croissance en Europe, objet d'un bras de fer larvé avec l'Allemagne. "Rien ne nous fera dévier de cet objectif. Cela vaut pour l'interprétation de notre propre budget, qui respectera les règles avec un maximum de flexibilité, mais aussi pour l'objectif de croissance".

Depuis un an, la Commission dispose d'un droit de regard sur les projets de budgets nationaux. A défaut des les valider, elle peut demander formellement à un Etat de revoir sa copie, ce qui ne s'est encore jamais produit. Dans ce cas, l'Etat concerné ne serait pas obligé d'obtempérer, mais un refus équivaudrait à engager un bras de fer politique avec la Commission. La décision de Bruxelles est attendue d'ici la fin du mois.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles