Hollande en "soldat" de la lutte contre le réchauffement climatique

François Hollande sur le plateau de "en direct avec les Français".[MARTIN BUREAU / POOL / AFP]

A la veille des commémorations du 11 novembre, François Hollande exhorte ses contemporains à devenir les "soldats" de la lutte contre le réchauffement climatique, dans une interview au quotidien La Voix du Nord.

 

Le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec) estime que le réchauffement climatique "pourrait dépasser 3 voire 4 degrés", rappelle le chef de l'Etat dans cette interview à paraître mardi.

"Si tel était le cas, ce serait une catastrophe aussi grande qu'une guerre mondiale, avec des territoires dévastés, des populations obligées de fuir et des affrontements meurtriers", souligne-t-il, enchaînant: "Voilà la grande affaire du 21ème siècle".

"Nous devons être les soldats de la préservation de la planète, la paix est aussi à ce prix", poursuit ainsi François Hollande alors que la France s'apprête à réunir en décembre 2015 une conférence mondiale dont l'ambition sera d'arracher un accord visant à limiter à 2°C le réchauffement climatique par rapport à l'ère pré-industrielle.

Le président de la République est attendu mardi à la nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette (Pas-de-Calais) pour l'inauguration d'un "Anneau de la mémoire" sur lequel sont gravés les noms de quelque 580.000 soldats tombés lors de la Première Guerre mondiale, par ordre alphabétique et sans distinction de nationalité.

Comme on lui demande si les opinions publiques sont prêtes à cette "fusion dans le souvenir", le chef de l'Etat répond par l'affirmative, estimant que "les peuples ont cette maturité, même par rapport à la guerre de 1939-1945".

François Hollande qui inaugurera auparavant un site internet dit du "Grand mémorial", souligne avoir voulu donner ainsi accès aux familles au "parcours de tous les soldats français de la Première guerre".

"Moi-même, j'ai découvert sur quels champs de bataille étaient passés mes deux grands-pères, l'un sur le Chemin des Dames, l'autre à Verdun", confie-t-il.

"Les commémorations du 11 novembre ou du 8 mai gardent tout leur sens", estime-t-il encore, affirmant qu'elles ne sont "pas une nostalgie" mais "des actes d'espérance et de vigilance".

"Le racisme, l'antisémitisme, le nationalisme, le fanatisme ont hélas gagné du terrain ces dernières années", remarque François Hollande, selon lequel "nous ne devons rien laisser passer".

"Les générations nouvelles doivent comprendre que le combat pour la paix n'est jamais achevé", insiste-t-il, rappelant les conflits meurtriers de l'ex-Yougoslavie mais aussi d'Ukraine, la menace du terrorisme ou des "groupes fondamentalistes qui occupent en Irak ou en Syrie des territoires pour y installer leur barbarie".

 

À suivre aussi

Pour François Hollande, «la démocratie paraît en danger dans notre pays».
Politique François Hollande va publier un livre d'entretiens sur la «crise démocratique»
Réseaux sociaux François Hollande révèle ce qu'il a dit à Carla Bruni aux obsèques de Jacques Chirac
«François Hollande est un homme qui a une libido, et qui provoque la libido», a lancé Fabrice Luchini.
Politique Fabrice Luchini évoque à nouveau la libido de François Hollande

Ailleurs sur le web

Derniers articles