Les sept affaires qui empoisonnent le mandat Hollande

Faouzi Lamdaoui. [FRED DUFOUR / AFP]

Ils ont été ou sont des proches et des conseillers de François Hollande. D'autres ont été secrétaires d'Etat ou ministres. Eclaboussés dans des affaires, ils fragilisent le quinquennat du Président.

 

> Faouzi Lamdaoui, conseiller de François Hollande depuis mai 2012, va comparaître en correctionnelle pour "abus de biens sociaux", "blanchiment d'abus de biens sociaux" et "faux et usage de faux" par le parquet de Paris pour son implication dans une société de transport en 2007 et 2008, a révélé une source judiciaire le 3 décembre.

M. Lamdaoui était l'ancien chef de cabinet de M. Hollande lors de sa campagne présidentielle.

 

Kader Arif, ancien ministre délégué aux Anciens combattants, est soupçonné de favoritisme impliquant des passations de marchés entre la Région Midi-Pyrénées et des sociétés spécialisées dans l'événementiel appartenant à ses proches parents. Une enquête a été ouverte au mois de septembre 2014.

 

> Aquilino Morelle, ex-conseiller politique de François Hollande, est accusé de conflits d'intérêts pour avoir reçu des rémunérations venant de laboratoire pharmaceutiques alors qu'il était fonctionnaire à l'inspection générale des affaires sociales (IGAS).

Le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire en avril 2014.

 

> Thomas Thévenoud, éphémère secrétaire d'Etat, a été congédié du gouvernement après les révélations concernant son train de vie : il aurait omis de payer ses impôts pendant plusieurs années et n'aurait pas, selon Le Canard enchaîné du 10 septembre 2014, payé le loyer de son appartement parisien pendant trois ans.

 

> Yamina Benguigui, ancienne ministre de la Francophonie, soupçonnée de mensonge sur sa déclaration de patrimoine.

Une enquête préliminaire a été ouverte par le Parquet de Paris au mois d'avril 2014.

 

> Jérôme Cahuzac, ancien ministre du Budget, a été mis en examen pour "fraude fiscale" et "blanchiment de fraude fiscale" après la découverte de son compte bancaire caché à l'étranger. M.Cahuzac, qui a reconnu les faits en avril 2013, a quitté la vie politique.

 

> Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l'Élysée, accusé de "mensonges" par François Fillon qui a lancé une procédure judiciaire pour diffamation le 19 novembre 2014.

Jouyet avait rapporté que le député de Paris lui aurait demandé de "taper vite" contre Nicolas Sarkozy, pour bloquer le retour de l'ancien président. La première audience de la procédure aura lieu le 13 janvier 2015.

 

 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles