La lutte conte le racisme et l'antisémitisme, "cause nationale" pour Cazeneuve

Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur. [Fred Dufour / AFP/Archives]

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a appelé dimanche à "faire de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme une cause nationale", quelques jours après l'agression à Créteil d'un couple ciblé pour ses origines juives.

 

Dans un discours tenu lors d'un rassemblement de plusieurs centaines de personnes contre le racisme et l'antisémitisme à Créteil, le ministre a affirmé "connaître le sentiment d'inquiétude qui traverse la communauté juive de France" face à un phénomène, "véritable pathologie sociale", en nette recrudescence en France.

"Nous devons faire de la lutte contre le racisme et l'antisémitisme une cause nationale en y associant toutes les administrations intéressées (...), les préfectures, les élus, les associations, les représentants des différents cultes", a-t-il déclaré.

 

"Les juifs se sentent en danger" affirme le président du Crif

"La République vous défendra de toutes ses forces parce que, sans vous, elle ne serait plus la République. La République vous protégera toujours contre des actes et des paroles qui portent atteinte au socle même des valeurs qui la fondent", a-t-il ajouté.

Le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), Roger Cukierman avait juste affirmé à la tribune que "les juifs se sentent en danger, certains quittent déjà la France".

 

Vigilance accrue contre les précheurs de haine sur le net

Le ministre a reconnu que "les actes et menaces antisémites ont bien augmenté de plus de 100% au cours des dix premiers mois de l'année" et "plus de 930 affaires ont fait l'objet de poursuites" au premier semestre.

Il a réaffirmé avoir "donné instruction aux préfets de signaler aux procureurs de la République tous les actes et toutes les paroles racistes et antisémites afin qu'aucun ne demeure impuni".

Il a également pointé la nécessaire vigilance face aux "prêcheurs de haine" qui prospèrent sur internet.

Le Crif avait réclamé dès mercredi un "plan spécifique d'urgence" face à la recrudescence des actes antisémites.

"Si la lutte contre l'antisémitisme est réellement une cause nationale, il devient urgent de s'en donner les moyens", avait de son côté estimé le président du consistoire israélite de France, Joël Mergui.

Ce rassemblement intervient quelques jours après une agression antisémite qui a provoqué un vif émoi dans le pays. Un couple a été séquestré lundi dans son logement du quartier du Port à Créteil, la jeune femme violée et leur appartement cambriolé par trois agresseurs qui, selon des enquêteurs, "partaient de l'idée qu'être juif signifiait que l'on avait de l'argent".

Ces hommes sont également soupçonnés d'avoir roué de coups, début novembre, un septuagénaire de confession juive dans la même ville.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles