Après les attentats, Hollande et Valls font un bond record de popularité

Le président de la République François Hollande à l'Elysée. Photo d'illustration. [Archives AFP]

Salués pour leur gestion de la crise terroriste, François Hollande (+21) et Manuel Valls (+17) enregistrent des gains sans précédent de popularité, une embellie exceptionnelle mais sans doute pas durable.

 

Le rebond du président est d'autant plus frappant que sa cote de popularité se situait jusqu'ici à un plancher historique.

Le couple exécutif a été omniprésent depuis le 7 janvier et l'attentat jihadiste qui a décimé la rédaction de Charlie Hebdo. Empathie et réactivité qui leur ont valu des sondages flatteurs émanant de divers instituts: BVA, Odoxa, CSA...

Publiée lundi, une enquête Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud Radio marque cependant une rupture qui devrait être confirmée par Ipsos mardi, selon plusieurs sources.

Selon Ifop, le chef de l'Etat gagne en un mois 21 points d'approbation de son action, et le Premier ministre 17, ce qui le rehausse à 61%.

M. Hollande retrouve 40% de popularité, niveau dont il avait décroché depuis décembre 2012 pour une descente aux enfers qui l'avait fait toucher un plus bas de 18%, selon Ifop.

Mais c'est surtout un rebond inédit dans l'histoire des enquêtes effectuées par le doyen des instituts de sondage, Ifop, qui réalise des baromètres depuis 1958.

"Phénomène rarissime", commente Frédéric Dabi, directeur général adjoint de l'institut. "Le seul cas analogue est François Mitterrand gagnant 19 points de satisfaction au moment de la guerre du Golfe entre janvier 1991, quand il déclare que les armes vont parler, et la prise de Koweït City en mars".

Le sondage est riche de surprises: le chef de l'Etat empoche logiquement 30 points chez les sympathisants socialistes, mais pour la première fois, il gagne du terrain - et beaucoup - chez les partisans de l'UMP (+ 16) et du FN (+17).

Il coche toutes les cases: +13 points en un mois pour la défense des intérêts de la France à l'étranger, +12 pour la vérité dite aux Français, autant pour la proximité... Même le domaine économique et social est concerné, avec +7 points de confiance par rapport à novembre, bien qu'aucun indicateur économique n'ait entre-temps porté à l'optimisme, avec notamment une hausse continue du chômage.

 

Le "Hollande Bashing", c'est fini

Les Français étaient 14% à souhaiter sa réélection. Ils sont 23% après la période récente. Pas terrible, mais quand même +9.

Cette séquence n'est sans doute pas close puisque neuf personnes, questionnées pour d'éventuelles complicités avec les trois jihadistes meurtriers, étaient toujours gardées à vue lundi matin.

Autre élément historique: Manuel Valls, qui n'était pas autant descendu dans les abysses des sondages mais avait connu une notable érosion d'approbation, se retrouve à 61%. En avril 2014, il était à 58% et était tombé à 44%. "Les Français ont vu en lui un homme d'Etat", selon M. Dabi, près d'une semaine après le discours, unanimement salué, du Premier ministre à l'Assemblée.

A la question "Doit-il jouer un rôle important à l'avenir?", les Français disent oui à 71% (+15 points). Et 42% (+13) estiment désormais qu'il est "capable de sortir" le pays "de la crise".

Embellie ou feu de paille? Pour Frédéric Dabi, "c'est une parenthèse qui va rester provisoire, car l'économie va revenir au galop et c'est au coeur des préoccupations" de l'opinion.

De surcroît, "on est à une soixantaine de jours des départementales qui vont refabriquer du clivage gauche-droite", ajoute le politologue.

Cependant, note M. Dabi, "plus rien ne sera comme avant. Le président a pour la première fois écarté des reproches incessants sur une supposée incapacité à décider".

Pour le politologue Thomas Guénolé, "avant les attentats, François Hollande n'était pas respecté en tant que président, y compris dans son propre camp". "On en était à se demander: va-t-il finir le quinquennat? Je pense que le +Hollande bashing+, c'est fini".

L'ex-ministre UMP Bruno Le Maire avertit cependant: "Si après la magnifique démonstration de liberté des Français, tout reprend comme avant - nos alliances diplomatiques, nos choix économiques, sociaux, les choix sur l'école et l'éducation - ce sera une gigantesque déception et un drame pour notre Nation".

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles