Sarkozy : "comparer la République à l'apartheid est une faute"

Nicolas Sarkozy se dit "consterné" par les propos de Manuel Valls sur "l'apartheid".[BERTRAND LANGLOIS / AFP]

Le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, a proposé mercredi sur France 2 "de décider immédiatement de rétablir les heures supplémentaires dans la police et les services de renseignement" pour faire face à la menace terroriste.

 

"Nous n'avons pas de temps à perdre", a déclaré l'ancien chef de l'Etat. Le rétablissement des heures supplémentaires représentent "4.000 équivalents temps plein" selon lui alors que les mesures budgétaires annoncées par le gouvernement vont faire que "les renforts" arriveront dans seulement deux ans.

L'ancien président de la République s'est dit aussi "consterné" par l'utilisation par Manuel Valls du terme "apartheid" pour décrire la situation dans certains quartiers. "Comparer la République à l'apartheid est une faute", a accusé l'ex-chef de l'Etat. Le Premier ministre avait évoqué mardi un "apartheid territorial, social, ethnique" qui se serait "imposé" en France.

"Je suis consterné qu'on puisse assimiler la République française, qui garantit des soins gratuits, l'école gratuite" à ce régime raciste a poursuivit Nicolas Sarkozy. "Imaginez ce que peut penser aujourd'hui un habitant de la ruralité qui se sent si souvent abandonné, qui ne brûle pas d'abribus, qui ne casse pas les voitures, quand il voit le Premier ministre dire, quand on voit tous les efforts financés par les contribuables, comparer la République à l'apartheid... Consternation", a dénoncé Nicolas Sarkozy.

Interrogé sur l'union nationale qui a prévalu après les récentes attaques, l'ancien président de la République a répondu : "Le climat d'union nationale, il était incontournable et indispensable". Après les attaques qui ont fait 17 morts, "si nous avions donné le spectacle de la division, de la politicaillerie, nous aurions été indignes", a expliqué M. Sarkozy. Selon lui, "l'unité nationale, ça ne veut pas dire qu'on ne doit pas faire de propositions".

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles