Un service militaire à réinstaurer ?

Des militaires patrouillent devant la Tour Eiffel à Paris le 7 janvier 2015.[JOEL SAGET / AFP]

Le retour du service militaire a été évoqué ces derniers jours par la classe politique comme une solution possible pour la jeunesse.

 

Comment faire face à l’endoctrinement religieux des jeunes Français ? Depuis les attentats commis en région parisienne au début du mois, les propositions sécuritaires, sociales mais également éducatives se sont multipliées afin de tenter de répondre à ce défi d’envergure.

Et l’une d’entre elles a fait son chemin au sein de la classe politique : celle d’un retour du service militaire, qui avait été suspendu sous Jacques Chirac en 1997. Un rite de passage qui permettrait de donner des repères à ceux qui n’en ont plus. 

 

Une "appartenance à la Nation"

Des voix de tous bords sont favorables au rappel des jeunes sous les drapeaux, comme le faisaient auparavant leurs aînés durant un an. La présidente du FN, Marine Le Pen, souhaite ainsi un service militaire de deux à trois mois, pour "réapprendre les valeurs de base de (la) civilisation française […] aux jeunes déstructurés". A l’UMP, Bruno Le Maire imagine un service de six mois où l’aspect militaire pourrait, là encore, avoir sa place. "Car pour certains jeunes, l'appartenance à la Nation ne veut rien dire", avance-t-il.

Xavier Bertrand va dans ce sens, souhaitant "abolir les appartenances politiques, religieuses et sociales". Le parti avançait d’ailleur hier soir l’idée d’un service civique de défense.

Et la gauche n’est pas en reste. Le député PS Eduardo Rihan-Cypel a évoqué cette piste, avant que François Rebsamen, le ministre du Travail, ne précise : "On paie quelque part la disparition du service militaire, qui était un élément très important pour l’unité de la Nation."

Derrière ces paroles, la volonté de redonner un chemin à une partie de la jeunesse en perte de repères. Des individus en rupture sociale ou religieuse pouvant se laisser facilement influencer par les discours les plus radicaux. "Historiquement, la conscription était un moyen pour l’Etat de transmettre les valeurs de la Nation, et pour le citoyen d’être versé dans un pot commun, et donc de s’incorporer à ses semblables", explique le sociologue des organisations Sébastien Jakubowski.

L’environnement militaire permettrait ainsi à l’individu d’être confronté à la discipline et d’être cadré. "Le simple fait de devoir se lever à l’heure le matin apporte une structure par le temps", ajoute le sociologue.

 

Cap sur le service civique

Remis au goût du jour, le service militaire apparaît presque impossible à réinstaurer, faute de moyens et de place. L’exécutif fait donc du service civique, créé voici cinq ans, sa priorité, avec l’objectif de transmettre les valeurs républicaines.

Destiné aux 16-25 ans, cet engagement de 6 à 12 mois offre à ceux qui le souhaitent l’occasion d’œuvrer pour l’intérêt général au sein d’associations, de collectivités territoriales ou d’établissements publics. Mais il peine encore à décoller car les demandes des candidats sont encore trop nombreuses à rester sans réponse.

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles