Roland Dumas en huit controverses

Roland Dumas, le 3 octobre 2013, lors des obsèques de Jacques Vergès. [JACQUES DEMARTHON / AFP]

En déclarant lundi matin que Manuel Valls était "probablement" sous influence juive, Roland Dumas a déclenché une vive polémique. Ce n'est pas la première fois que l'ancien ministre des Affaires étrangères se retrouve au coeur d'épisodes sulfureux.

 

Un bon mot apocryphe circule selon lequel François Mitterrand avait deux avocats : "Robert Badinter pour le droit et Roland Dumas pour le tordu". En déclarant lundi matin que le Premier ministre Manuel Valls était "probablement" sous influence juive, Roland Dumas, 92 ans, ne fait rien pour estomper ce halo controversé qui remonte à loin.

 

L'attentat de l'Observatoire (1959)

Roland Dumas défend François Mitterrand dans cette affaire dont les circonstances n'ont jamais été élucidées. Le futur président de la République, alors sénateur de la Nièvre, aurait lui-même commandité cet attentat, survenu en octobre 1959, afin d'attirer la sympathie de l'opinion. D'autres pistes ont été évoquées impliquant l'extrême-droite ou des éléments du SAC. La proximité étroite entre Roland Dumas et François Mitterrand date de cette époque. 

 

 

Proche de Kadhafi (1983 - 2011)

Après l'élection de François Mitterrand, Roland Dumas ne rejoint pas le gouvernement mais participe à des missions discrètes pour le compte de son mentor. Il est ainsi envoyé en Libye pour dissuader le colonel Kadhafi d'envahir le Tchad. Une forme de proximité naît entre les deux hommes et François Mitterrand désigne le maître de Tripoli comme "l'ami" de Roland Dumas. En mai 2011, ce dernier était retourné en Libye, accompagnée de Jacques Verges, pour assurer la défense de Kadhafi en cas de procès.

 

Entremetteur pour Arafat (1989)

Favorable à la cause palestinienne, Roland Dumas déploie de nombreux efforts lorsqu'il est ministre des Affaires étrangères pour favoriser l'émergence d'un Etat palestinien. En 1989, il organise la réception de Yasser Arafat, le leader de l'OLP, au palais de l'Elysée. Quatre ans avant la signature des accords d'Oslo, la renonciation de l'OLP à l'action terroriste est encore très récente. L'invitation de François Mitterrand suscite dès lors des réactions mitigées, en particulier au sein de la communauté juive. En 2006, il affiche sa proximité avec les théories antisionistes en apportant son soutien à Dieudonné qui fait alors face aux premières accusations d'antisémitisme.

 

 

L'affaire Elf (1997)

L'ancien ministre des Affaires étrangères apparaît comme l'un des principaux protagonistes de l'affaire Elf. La gazette judiciaire se fait l'écho du feuilleton de ses relations avec Christine Deviers-Joncour, laquelle aurait été missionnée par des groupes industriels pour obtenir de Roland Dumas l'autorisation d'exporter des frégates à Taïwan. Ce dernier doit démissionner du Conseil Constitutionnel qu'il préside en 2000. Mais en janvier 2003, en appel, il est intégralement blanchi.

 

 

Relations avec le Front National (2005)

Roland Dumas n'hésite pas à afficher ses sympathies envers des représentants de la droite traditionnaliste ou du Front National. Il s'était ainsi associé avec l'avocat Jean-Marc Varaut, figure du barreau marquée à droite. Lors des obsèques de ce dernier, en 2005, il échange avec Jean-Marie Le Pen, présent à la cérémonie. Les échanges sont cordiaux. Les deux hommes ont été élus à l'Assemblée nationale la même année, en 1956. Depuis, on a pu le voir photographié en compagnie de Jean-Marie et Jany Le Pen, ainsi que de Bruno Gollnisch.

 

Doute sur le 11-Septembre (2010)

Interrogé sur France 3 en décembre 2010, Roland Dumas expose les doutes qui l'habitent concernant les attentats du 11-Septembre et n'écarte pas la possibilité d'une vaste manipulation, rejoignant ainsi les théories conspirationnistes. "Il y a énormément de faits anormaux dans la version officielle. J'ai lu et étudié de nombreuses recherches faites sur la question. Beaucoup d'éléments ne tiennent pas : il suffit de se pencher, par exemple, sur le cas du trou de l'avion dans le Pentagone, beaucoup trop petit, ou sur d'autres aspects moins connus."

 

 

Au secours de Gbagbo (2011)

Avec Jacques Vergès, Roland Dumas s'était rendu en Côte d'Ivoire en janvier 2011 pour apporter son soutien à Laurent Gbagbo, isolé sur la scène internationale et menacé par une intervention militaire ouest-africaine. Le voyage des deux avocats ainsi que leur hébergement ont été financés par la présidence ivoirienne. En avril 2011, Laurent Gbagbo est définitivement renversé. Depuis août 2011, il est incarcéré au centre de détention attaché à la Cour Pénale Internationale (CPI) et attend son procès qui pourrait survenir fin 2015.

 

 

Manuel Valls "probablement" sous influence juive (2015)

Interviewé lundi 16 février sur RMC et BFMTV par Jean-Jacques Bourdin, dans le cadre de la promotion de son dernier livre, Roland Dumas estime que le Premier ministre Manuel Valls pourrait être sous influence juive. A la question de l'animateur : "Le Premier ministre est-il sous influence juive", l'ancien locataire du Quai d'Orsay répond : "Probablement", évoquant de manière transparente le rôle supposé d'Anne Gravoin, l'épouse de Manuel Valls, membre de la communauté juive.

 

 

À suivre aussi

Les commentaires récents de Jair Bolsonaro sur l'épouse d'Emmanuel Macron avaient suscité l'indignation en France comme au Brésil.
Polémique «Vraiment moche» : Brigitte Macron à nouveau insultée par un ministre de Bolsonaro
Scandale Avant sa mort, Jeffrey Epstein avait placé 577 millions de dollars dans un fonds
Polémique Vidéo : un prêtre suspendu après un baptême violent sur un bébé

Ailleurs sur le web

Derniers articles