49-3 : parce "qu'on n'avait pas de temps à perdre ni de risques à prendre"

49-3 : parce "qu'on n'avait pas de temps à perdre ni de risques à prendre", selon Hollande.[AFP]

La décision de recourir au 49-3 pour le projet de loi Macron était destinée à "aller vite" parce "qu'on n'avait pas de temps à perdre ni de risques à prendre", a déclaré mercredi François Hollande devant le Conseil des ministres, selon le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll.

 

"Le président de la République, en introduction de ce Conseil des ministres", a "rappelé que la décision qui a été prise l'a été pour aller vite, qu'on n'avait pas de temps à perdre ni de risques à prendre", a déclaré M. Le Foll.

François Hollande, selon lui, a également estimé qu'il n'y avait "pas de majorité alternative" et que le vote jeudi soir sur la motion de censure déposée par l'opposition "le montrera" jeudi.

 

Le gouvernement a "accepté le débat"

Pour Stéphane Le Foll, le gouvernement a "accepté le débat" avec "un débat parlementaire qui a été long et riche".

"Je rappelle que près de 1.000 amendements, sur les 2.000 ou 2.500 amendements déposés ont été retenus, venant d'ailleurs de bords différents", a-t-il enchaîné.

Toujours selon le porte-parole du gouvernement, le président de la République "a rappelé que l'on devait apporter aux Français des solutions" avec cette loi Macron sur l'activité, la croissance et l'emploi.

 

"Mobilisation, concentration et solidarité gouvernementale"

"Ca nécessitera de poursuivre l'action de réforme pour redresser l'économie et garder cette ligne directrice qui est celle de l'égalité", a-t-il poursuivi.

Le Premier ministre Manuel Valls, dans sa réponse au président, a "rappelé que demain à 16 heures, il y aurait cette motion de censure, invitant tous les membres du gouvernement à être présents", a complété M. Le Foll, affirmant que les maîtres-mots du gouvernement étaient "mobilisation, concentration, solidarité gouvernementale".

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles