Le Pen indisposé par les poitrines des Femen

Jean-Marie Le Pen n'apprécie pas les opérations des Femen. [FRED DUFOUR / AFP]

Jean-Marie Le Pen a fait une sortie remarquée dans son "Journal de Bord" hebdomadaire. Le président d'honneur du Front National y dénonce les combats des "Femen" qu'il juge sélectifs. Non sans user d'un vocabulaire non conventionnel.

 

Le "Journal de Bord" de Jean-Marie Le Pen est devenu au fil des mois une tribune personnelle dont il use librement pour exprimer ses positions, quitte à se placer parfois (souvent) en rupture avec la ligne du Front National ou les conventions habituelles de l'expression publique.

Ainsi dans la dernière édition de cet exercice hebdomadaire, Jean-Marie Le Pen n'a pas utilisé de pincettes pour dire tout le bien qu'il pense des "Femen" qui "vont se balader avec leurs gros nichons dans les églises, mais jamais dans les mosquées ou dans les synagogues".

 

Anatomie

Si l'Eglise occupe une place centrale dans le collimateur des Femen, l'assertion n'est pas tout à fait exacte dans la mesure où, en 2013, ces militantes ont conduit quelques actions devant des mosquées, comme celle de Stockholm, ou la Grande Mosquée de Paris. Mais ce n'est sans doute pas cette nuance que l'on retiendra, mais plutôt l'expression imagée employée par Jean-Marie Le Pen.

Ce n'est pas la première fois que ce dernier porte un jugement sur cette partie du corps féminin. En 2013, il avait loué les "beaux seins" de Nabilla, reconnaissant que la jeune femme ne le "laiss(ait) pas tout à fait indifférent". Ce à quoi Nabilla avait répondu qu'elle trouvait "trop marrant" le fondateur du FN.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles