Fioraso démissionne du gouvernement

Genevève Fioraso à l'Assemblée nationale, le 16 juillet 2013 à Paris. [Martin Bureau / AFP/Archives]

La secrétaire d'Etat à l'Enseignement supérieur et à la Recherche, Geneviève Fioraso, a présenté jeudi sa démission du gouvernement pour "raisons de santé", a annoncé jeudi l'Elysée dans un communiqué.

 

C'est l'Elysée qui annoncé la nouvelle jeudi, dans un communiqué. Geneviève Fioraso, en charge de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche auprès de la ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a présenté sa démission du gouvernement. Cette annonce semblait imminente depuis que, mercredi, Stéphane Le Foll avait confirmé les problèmes de santé "assez graves" de la secrétaire d'Etat.

Ce départ, que Geneviève Fioraso avait déjà réclamé une première fois à la fin de l'année dernière, tombe mal pour l'exécutif. Celui-ci envisage en effet un remaniement après les élections départementales, prévues les 22 et 29 mars prochain, et aurait donc préféré qu'elle assure ses fonctions jusque là.

 

Le lourd travail qui attend son successeur

D'autre part, les dossiers portées par la secrétaire d'Etat, notamment celui du financement des universités, sont plus sensibles que jamais. Le jour même de sa démission, le SNESUP-FSU, syndicat du supérieur, appelait à la mobilisation nationale pour protester contre les coupes budgétaires et défendre les conditions de travail et d'étude.

Le portefeuille de Geneviève Fioraso a été temporairement récupéré par Najat Vallaud-Belkacem, en attendant les élections départementales, après lesquelles le gouvernement devrait lui désigner un successeur définitif. Quelques noms ont d'ores et déjà été avancés, comme celui d'Alain Claeys, député socialiste de la Vienne spécialiste des questions d'enseignement, ou celui de Marie-Christine Lemardeley, ancienne présidente de l’université Sorbonne-Nouvelle.

 

La secrétaire d'Etat saluée

François Hollande a adressé ses "voeux de rétablissements" à Geneviève Fioraso, saluant "l’action accomplie au service de l’excellence de la recherche française et de la modernisation de l’Enseignement supérieur". Najat Vallaud-Belkacem, quant à elle, a applaudi "sa mobilisation constante depuis mai 2012".

Sur Twitter, plusieurs personnalités politiques ont également réagi à l'annonce de son départ.

 

 

Un siège de député

La loi prévoit que Geneviève Fioraso, 60 ans, retrouve son siège de députée de l'Isère dans un délai d'un mois. Son suppléant, Olivier Véran (PS), doit ainsi pouvoir à partir du 31 mars et pour quelques jours dans l'hémicycle défendre le projet de loi santé en première lecture, dont il est un des rapporteurs.

L'actuel député, médecin de profession et membre de la commission des Affaires sociales, s'est beaucoup investi dans la préparation de l'examen de ce texte.

A moins que la secrétaire d'Etat ne démissionne également de son mandat de député, ce qui provoquerait une législative partielle dans la 1ère circonscription de l'Isère, celle anciennement d'Alain Carignon (UMP). Mme Fioraso l'avait ravie à la droite en 2007.

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles