Marine Le Pen : "Un système pénal ne peut pas tenir sans la peine capitale"

Marine Le Pen : "Un système pénal ne peut pas tenir sans la peine capitale". [STEPHANE DE SAKUTIN / AFP]

La présidente du Front national Marine Le Pen a réaffirmé vendredi sa position en faveur du rétablissement de la peine de mort, estimant qu'un système pénal "ne (pouvait) pas tenir sans la peine capitale".

 

"Moi, à titre personnel, comme avocate, (...) je pense qu'un système pénal ne peut pas tenir sans la peine capitale", a déclaré Marine Le Pen sur Europe 1.

"Je pense que la disparition de la peine de mort a eu comme effet, en réalité, d'effondrer l'ensemble de l'échelle des peines, et qu'aujourd'hui on se retrouve avec des délits ou même des crimes, que je considère comme très graves, et qui sont condamnés à des peines indignes au regard de la souffrance qu'ils ont pu créer chez la victime", a jugé Marine Le Pen.

 

"Je ferais un référendum sur le rétablissement de la peine de mort"

"J'ai dit que je ferais sur ce sujet un référendum où je demanderais aux Français de choisir entre le rétablissement de la peine de mort et la mise en oeuvre de la perpétuité réelle", a-t-elle expliqué.

"La perpétuité réelle, réelle, réelle", a-t-elle martelé, "c'est à dire celle où quand on est condamné, on ne sort plus jamais de prison".

"Nous recevions au Parlement européen il y a deux jours le roi de Jordanie, qui a été encensé par les députés européens, par M. Schulz le président. Je remarque que le roi de Jordanie a mis en oeuvre la peine de mort il y a quelques jours, le jour où un pilote jordanien a été brûlé, il a appliqué la peine de mort à quelques jihadistes qui étaient dans ses prisons", a poursuivi Marine Le Pen.

"Je remarque que là pour le coup, quelqu'un qui applique la peine de mort, ça n'empêche pas l'ensemble de l'élite de l'applaudir", a-t-elle raillé.

"Les convictions de ces élites sont peut-être moins assurées qu'ils ne le disent", a-t-elle conclu.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles