Départementales : les réactions après les résultats

Le président de la République a voté dimanche dans son fief de Tulle (Corrèze).[MEHDI FEDOUACH / AFP]

Les premières estimations du premier tour des élections départementales sont tombées. Et avec elles, leurs flots de réactions. 

 

 

PARTI SOCIALISTE

> Manuel Valls se "félicite" que le Front National ne soit pas arrivé en tête de ce premier tour, et note un "score honorable de la majorité". Le Premier ministre se réjouit que les Français aient voté "plus que prévu" et en appelle désormais à "tous les républicains" pour le second tour. 

> Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS a réagi aux résultats depuis le siège du parti, rue de Solférino. "Là où la gauche ne peut concourir, j'appelle au désistement républicain et je demande la réciproque" a-t-il annoncé. "Votez à gauche, Votez écologiste. Votez républicain" scande-t-il, "Faisons barrage au Front national. Chaque voix compte". 

 

UMP

> Nicolas Sarkozy, s'est exprimé peu après l'annonce des premiers résultats. Le président du parti a annoncé qu'il n'y aurait "aucun accord local ou national avec les dirigeants du FN". Il note l'aspiration des Français à un changement clair, en commençant par les départements. 

Pour les seconds tours où l'UMP sera absente, Nicolas Sarkozy perdure dans sa politique du "ni-ni". Ainsi le parti n'appellera "à voter ni pour le FN, ni pour la gauche". 

> Alain Juppé note de son côté aucune "vague Bleu Marine", mais un certain "désaveu de la majorité". Selon lui, "la seule force d'alternance" est l'alliance de la droite et du centre. 

> Laurent Wauquiez, secrétaire général de l'UMP, ces résultats signent une "défaite historique pour le PS", ainsi qu'un "échec personnel" de Manuel Valls

> Nathalie Kosciusko-Morizet, vice présidente déléguée du parti, a appellé les Français à "confirmer cette belle dynamique". 

> L'ancien ministre de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux tempère en annonçant qui"il n'y a pas de triomphalisme" mais que ces élections signent un "ecouragement pour l'opposition, pour l'UMP en particulier". 

 

FRONT NATIONAL

> Marine Le Pen, dénonçant la campagne "ordurière et violente" menée par Manuel Valls, appelle le Premier ministre à remettre sa démission. La présidente du parti rappelle que le FN comptait jusqu'alors qu'un seul conseiller général. "Briser cette bipolarisation est un exploit" ajoute-t-elle.

> Pour Florian Philippot, vice-président du FN, son parti réalise "ce soir, un score historique". 

 

EELV

> Emmanuelle Cosse, présidente du parti, appelle à "construire des rassemblements" autour des candidats de gauche au second tour des élections. 

 

PCF

> Pierre Laurent, dirigeant du PCF appelle au rassemblement "face à la droite ou à l'extrême droite" lors du second tour.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles