Départementales : Sarkozy ferme sur le "ni-ni"

Nicolas Sarkozy et Jean-Christophe Lagarde le 18 décembre 2014.[THOMAS SAMSON / AFP ]

Il ne déviera pas de sa ligne. Nicolas Sarkozy a réaffirmé ce matin sa position en faveur du «ni-ni» en cas de duel FN-PS lors du second tour des départementales dimanche.

 

«Nous ne voterons (…) ni pour les candidats de la gauche, dont nous combattons la politique, ni pour les candidats du Front national avec qui nous n’avons rien à voir», a déclaré le président de l’UMP sur RTL.

Une position qualifiée dans la foulée de «faute morale et politique» par le Premier ministre Manuel Valls qui, déjà lundi, avait fustigé le «ni-ni» et incité le centre et la droite à faire valoir le front républicain.

Alors que plusieurs ténors de l’UMP ont déjà fait savoir leur désaccord avec le leader du parti, à l’exemple de Alain Juppé où François Fillon, l’UDI, alliée de l’UMP pour ce scrutin, a affiché une position divergente en appelant, comme le Modem, à utiliser  «un bulletin républicain» pour contrer l’extrême droite.

 

La consigne sera-t-elle suivie ?

Quel sera alors l’attitude des votants dans les urnes? Selon un sondage Odoxa pour Le Parisien paru aujourd'hui, 54% des électeurs UMP n’ont pas l’intention de suivre la consigne de Nicolas Sarkozy.

Selon cette enquête, 27 % voteraient pour le FN et 27 % se tourneraient vers le PS alors que 46% choisiraient l’abstention ou le vote blanc ou nul.

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles