FN : rupture consommée avec J.M. Le Pen ?

Marine Le Pen et son père affichent publiquement leurs désaccords. [MEHDI FEDOUACH / AFP]

La rupture semble consommée au sein de la famille frontiste. Les nouvelles provocations de l’ancien leader du FN, Jean-Marie Le Pen, qui a défendu Pétain dans un entretien à l’hebdomadaire Rivarol paru mercredi, ont eu le don d’exaspérer les ténors de la formation d’extrême droite, à commencer par sa fille.

 

Marine Le Pen, qui a  associé ces propos à un "suicide politique", a décidé de dépasser la simple condamnation. Elle a annoncé mercredi dans un communiqué qu’elle "s’opposerait" à la candidature de son père aux régionales en Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA) et qu’elle réunirait rapidement, peut-être dès jeudi, un "bureau exécutif" afin de réfléchir à d’éventuelles sanctions.

Son bras droit, Florian Philippot, s’est lui servi des réseaux sociaux pour afficher ses distances à l’égard du président d’honneur du parti : "La rupture politique [...] est désormais totale et définitive", a-t-il affirmé sur Twitter alors que le vice-président du FN, Louis Alliot, a de son côté évoqué des "désaccords politiques [...] irréconciliables".

 

La rupture politique avec JMLP est désormais totale et définitive. Sous l'impulsion de Marine Le Pen des décisions seront prises rapidement.

— Florian Philippot (@f_philippot) 8 Avril 2015

 

Vers une mise à l’écart du parti ?

Alors que les blâmes se sont multipliés à l’égard de Jean-Marie Le Pen depuis que ce dernier a répété la semaine dernière que les chambres à gaz n’étaient qu’un "détail" de la Seconde Guerre mondiale, c’est la première fois que sa mise à l’écart du parti par ses propres troupes se profile.

Une sentence qui irait dans le sens de la stratégie de "dédiabolisation" du Front national voulue par sa présidente Marine le Pen.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles