Hommage des Tourangeaux à Jean Germain

Un registre des condoléances est ouvert dans le Hall de l'Hôtel de ville. [GUILLAUME SOUVANT / AFP]

Les Tourangeaux ont commencé mercredi 8 avril à rendre hommage à leur ancien maire, le sénateur socialiste Jean Germain, qui s'est suicidé mardi matin peu de temps avant de comparaître devant le tribunal correctionnel de Tours.

 

Quelques fleurs ont été déposées devant son domicile du centre ville, dans le garage duquel il s'est donné la mort d'une décharge de fusil de chasse en pleine tête, parce qu'il refusait le "déshonneur" d'être traduit en justice dans l'affaire des "mariages chinois" organisés dans sa ville.

En milieu de journée, près d'une centaine de Tourangeaux avaient signé et annoté les registres de condoléances ouverts dans le hall de l'Hôtel de ville dont les drapeaux ont été mis en berne. "C'était un grand maire, c'était un garçon de grande qualité", a commenté un signataire, estimant que Jean Germain a été victime de "corbeaux tourangeaux".

Une femme se souvenait du "petit bonhomme rencontré à Monoprix, qui faisait ses courses avec son caddie" tandis qu'une autre exprimait simplement sa "grande tristesse".

"Jean Germain c'était un dur, c'était un roc, on ne peut pas s'imaginer ce drame", remarque un autre tourangeau venu lui aussi rendre hommage à l'ancien maire de Tours.

 

Son procès devait s'ouvrir mardi

Le sénateur PS était poursuivi pour "complicité" dans l'organisation, à la mairie de Tours, de simulacres de mariage pour touristes chinois qui ont donné lieu à des malversations, selon les magistrats instructeurs et le parquet.

Le procès devait s'ouvrir mardi matin pour trois jours au palais de justice de Tours, mais son avocat Dominique Tricaud a annoncé, lors de l'appel des prévenus, que son client avait "disparu en laissant une lettre d'adieu". Le corps de Jean Germain devait être découvert dans l'heure suivante.

 

Affaire des "mariages chinois"

Le dossier des "mariages chinois" est lié à l'organisation, entre 2007 et 2011, de "noces romantiques en Touraine" pour une clientèle chinoise. Ces festivités comprenaient des visites de châteaux de la Loire et de la ville de Tours, dont le maire, ceint de son écharpe tricolore, posait pour la photo lors de simulacres de mariages.

Des dizaines de couples chinois sont ainsi venus chercher, sur les bords de la Loire, une touche d'exotisme à la française.

Une ancienne membre du cabinet du maire, Lise Han, est mise en examen pour escroquerie dans cette affaire: elle est soupçonnée d'avoir été la gérante de fait de la société organisant ces mariages.

Jean Germain, poursuivi pour "complicité de prise illégale d'intérêts et détournement de fonds publics", assurait ignorer les agissements de Lise Han.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles