B. Beschizza : "De la sécurité pour de l'attractivité"

L'UMP Bruno Beschizza, maire d'Aulnay, milite notamment pour l'armement de la police municipale. L'UMP Bruno Beschizza, maire d'Aulnay, milite notamment pour l'armement de la police municipale. [Alexander Klein / AFP/Archives]

Ex-policier, Bruno Bes­chizza, maire UMP d’Aulnay-sous-Bois depuis l’an dernier, a mis un point d’honneur à améliorer la sécurité. Secrétaire national de l’UMP en charge de la sécurité, il est un fervent défenseur de la police municipale et veut faire de sa ville un exemple.

 

Comment améliorer la sécurité en Seine-Saint-Denis ?

Il est d’abord indispensable de donner des moyens à la police municipale, afin que son travail soit complémentaire de celui de la police nationale. A Aulnay, par exemple, les policiers municipaux assurent le service 24 heures sur 24 depuis octobre. Ils participent à rendre la ville plus sûre et à changer son image, indispensable pour l’attractivité.

 

Etes-vous favorable à l’armement des policiers municipaux ?

Absolument, car il est irresponsable de laisser des agents patrouiller en uniformes sans armes dans certains quartiers. La police municipale d’Aulnay a accès à des armes à feu, des gomme-cogne et des Taser. Cela impose une formation initiale solide ainsi que des formations continues. La RATP et la SNCF le font pour leurs services de sûreté, alors pourquoi pas les communes ?

 

La délinquance va souvent de pair avec la détresse économique…

C’est pourquoi je veux revaloriser l’usine PSA d’Aulnay. Cet espace de 180 hectares pourrait devenir un pôle d’activité dédié aux transports, avec une plateforme logistique et des centres de formation. Ce serait idéal pour l’emploi, alors que 30 % des Aulnaysiens de moins de 25 ans sont au chômage.

 

Comment expliquez-vous la percée de la droite en Seine-Saint-Denis ?

Les électeurs expriment actuellement un certain dégoût de la gauche vias-à-vis de l'assistanat. D'autre part, il y a un vrai besoin de sécurité. Les hommes et les femmes de droite doivent donc avoir un discours de droite assumé et oser parler d'autorité mais aussi de générosité.

 

Vous n'avez pas décidé d'augmenter les impôts locaux, comme d'autres villes de France. Comment allez-vous compenser la baisse des dotations de l'Etat ?

Nous allons nous serrer la ceinture, en réduisant notamment les dépenses de fonctionnement de la mairie. C'est un grand défi car rien que cette année, nous allons perdre 5 millions d'euros avec la baisse des dotations de l'Etat. Mais c'est un mal nécessaire car augmenter les impôts locaux est, pour moi, une faute politique. Les Aulnaysiens m'ont fait confiance l'an dernier lors des municipales, il ne faut pas les trahir.

 

Quel rôle peut jouer le département et Aulnay-sous-Bois dans la construction du Grand Paris ?

On ne peut pas parler de Grand Paris sans parler de la banlieue, car c'est bien là que sont les territoires. On le voit avec la candidature de Paris pour les Jeux olympiques, qui est portée par toute la région. Je milite d'ailleurs pour que le futur centre nautique soit implanté à Aulnay-sous-Bois.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles