Régionales : un accord entre l'UDI et Les Républicains

Nicolas Sarkozy et Jean-Christophe Lagarde (UDI), en février 2015.[KENZO TRIBOUILLARD / AFP]

Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde a annoncé mardi sur iTÉLÉ avoir "conclu" un accord entre sa formation, qui disposera de trois têtes de liste, et Les Républicains en vue des élections régionales de décembre.

 

"Nous souhaitions avoir trois candidats têtes de liste et présidents de région parce qu'ils sont les meilleurs pour l'emporter (...) et effectivement nous avons obtenu que François Sauvadet soit tête de liste en Bourgogne-Franche-Comté, que Philippe Vigier le soit dans le Centre-Val-de-Loire et Hervé Morin en Normandie", s'est réjoui le député-maire de Drancy (Seine-Saint-Denis). "Les Républicains vont avoir dix têtes de liste dans le reste du pays", a-t-il précisé.

 

 

 
Forts de leur victoire aux municipales et aux départementales remportées sous le sceau de l'unité, Les Républicains et l'UDI espèrent faire aussi bien lors des élections régionales prévues en décembre prochaine.

 

Équilibrage des candidats dans chaque région

Chantal Jouanno laissera la tête de liste à Valérie Pécresse ("Les Républicains") en Île-de-France. Sera-t-elle au moins la cheffe de file de cette alliance dans les Hauts-de-Seine, comme elle le souhaitait ? "L'écriture et la composition des listes va se faire dans les jours qui viennent (...). Chantal Jouanno sera respectée" a assuré M. Lagarde.

Sur la répartition entre candidats de son parti et de celui de Nicolas Sarkozy sur les listes, "il y aura un équilibre dans chaque région. Il y a une limite (ndlr : minimum de candidats UDI) de 25 à 33%, et en réalité ça naviguera dans ces eaux-là au niveau national en fonction du poids des uns et des autres", a prévenu M. Lagarde.

 

Un accord uniquement acté pour les régionales

Cet accord sur les régionales était-il conditionné à une participation de l'UDI à la primaire de la droite et du centre organisée par Les Républicains et prévue en novembre 2016? "A aucun moment" a répondu le député centriste. "Et d'ailleurs c'est très simple: les régionales, c'est une élection qui a sa propre logique", selon lui.

 
"Au début 2016, nous verrons ce que décideront les militants de l'UDI par un congrès" concernant la participation à cette primaire, "tout le monde aura son opinion, aura le droit de voter", a-t-il garanti. Avant de réaffirmer: "Je souhaite que l'UDI porte son projet", que ce soit par une participation à la primaire ou directement à la présidentielle.

 

 

Vous aimerez aussi

L'agresseur présumé de Nathalie Kosciusko-Morizet, Vincent Debraize, 55 ans, maire de Champignolles (Eure), le 19 juin 2017 lors de son procès à Paris [Benoit PEYRUCQ / AFP]
Législatives L'agresseur de NKM : «elle me regarde, pouf, elle tombe»
Législatives Solère annonce un groupe commun «Les Républicains constructifs/UDI»
Politique Législatives : les résultats des «people»

Ailleurs sur le web

Derniers articles