Les réactions après l'exclusion de J.M. Le Pen

Jean-Marie Le Pen.[JOEL SAGET / AFP]

Le bureau exécutif du Front national a annoncé ce jeudi soir avoir exclu son confondateur Jean-Marie Le Pen. Une exclusion qui a suscité de nombreuses réactions dans la classe politique.

 

Au sein du FN, l'exclusion de Jean-Marie Le Pen a divisé les membres du parti. 

 

Marine Le Pen

La fille du principal intéressé a rapidement réagit auprès de l'AFP. L'actuelle présidente du FN a qualifié cette exclusion d'"issue" logique pour quelqu'un qui a "multiplié les fautes". 

 

Jean-Marie Le Pen, tout juste exclu

L'ancien président du Front National a accueilli la nouvelle avec beaucoup d'amertume. Au lendemain de son exclusion, il a fustigé l'attitude de sa fille, absente lors de la décision du bureau exécutif du parti. Selon lui, c'est sa fille Marine qui "commandait de loin au téléphone le peloton d'exécution". "Elle voulait pas en faire partie parce que ça fait vilain, c'est sale de tuer son papa, alors elle n'a pas tué papa directement, mais elle l'a fait tuer par des sbires".

 

Florian Philippot, euro-député et vice-président du Front Nation

Le numéro 2 du parti a affirmé sur RMC/BFM TV que cette exclusion était "logique" car, selon lui, Jean-Marie Le Pen "allait de provocation en provocation". "Il fallait réagir" a-t-il ajouté.

 

Bruno Gollnish, eurodéputé FN

"Cette décision me paraît politiquement désastreuse. Moralement choquante" a déclaré Bruno Golnish sur l'antenne de BFM. 

 

Stéphane Ravier, maire FN du VIIe secteur de Marseille

Aux micros de France Info, Stéphane Ravier dit "prendre acte de cette décision". Et même s'il s'estime "heureux" de ne pas avoir eu à "se positionner", il estime "criminel que la dynamique" de Marine Le Pen "soit mise à mal".

 

Marie-Christine Arnautu, membre du bureau exécutif du FN

Cette proche de Jean-Marie Le Pen était elle aussi opposée à toute sanction. "J'ai l'impression d'avoir été victime d'une mascarade", a-t-elle affirmé sur BFMTV.

 

 

> Des responsables politiques issus d'autres mouvances ont également réagi à cette exclusion, essentiellement sur Twitter.

 

Nathalie Kosciusko-Morizet, députée et vice-présidente de Les Républicains

 

 

Jean-Luc Mélenchon, membre du Parti de Gauche et Euro-député

 

 

Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du Parti Socialiste

 

 

Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI

 

 

Vous aimerez aussi

rassemblement national Soupçons d'emplois fictifs : Marine Le Pen de nouveau convoquée par les juges
Marine Le Pen siège au Parlement européen de Strasbourg, le 3 février 2016 [PATRICK HERTZOG / AFP/Archives]
Justice Champagne et irrégularités : le groupe de l'ex-FN doit 500.000 euros au Parlement européen
Politique Le Front national devient le Rassemblement national

Ailleurs sur le web

Derniers articles